nouvelle calédonie
info locale

Le GDPL Mwe Ara bloque l’accès de la vallée tabou à des professionnels du tourisme

social
domaine de déva
Située sur le domaine de Deva, commune de Bourail, la Vallée Tabou est un site d’environ 1000 hectares classé au patrimoine historique et culturel de la province Sud depuis 2011. ©Google Maps
Des professionnels du tourisme de la province Sud en visite ce matin sur le domaine de Déva se sont vus refuser l’accès à la vallée Tabou par le GDPL Mwe Ara. Le collectif dénonce le non-respect par la province Sud du protocole d’accord signé en 2008. 
L’accès à la vallée tabou interdite. Des membres du GDPL Mwe Ara ont bloqué ce mardi matin à Bourail plusieurs offices de tourisme du Sud en visite sur le domaine de Déva. Ce site d’environ 1000 hectares est classé au patrimoine historique et culturel de la province Sud depuis 2011.

Le GDPL Mwe Ara interpelle à nouveau la province Sud sur le non-respect du protocole d’accord de 2008, qui précise que toute opération engagée sur le domaine de Déva doit associer le GDPL. Selon le collectif, le développement économique sur Déva se ferait au détriment des coutumiers et des clans concernés. « Nous sommes réduit à un rôle de spectateur alors que le protocole signé en 2008 prévoyait la création d’un comité de gestion pour la vallée Tabou. Aujourd’hui, la province Sud dirige seule cet espace sans nous associer », souligne Tony Dea, le président du GDPL Mwe Ara.

Dans un communiqué adressé ce mardi matin à la province, le collectif constate qu’« à ce jour la province n’a pas donné suite aux récents courriers alertant sur cette situation, que la chef de projet de la province sud refuse toute concertation sérieuse avec le GDPL et enfin qu’un dysfonctionnement certain apparaît dans la gestion du domaine de Déva traduisant ainsi un manque de coordination entre les différents service, la SEM Mwe Ara et le GDPL.»  

Le collectif indique que la balle est dans le camp de la province Sud pour renégocier cet accord. A défaut de réponse, le GDPL menace de bloquer le site ou de se retirer définitivement de la Vallée. 

Contactée, la province Sud devrait s'exprimer prochainement.
Publicité