Huit dirigeants de la Fédération calédonienne de football en colère

football
Football
©William Lecren
Rififi à la Fédération calédonienne de football, qui doit faire face à un mouvement de grogne de la part de certains dirigeants. Ils représentent 8 des 10 clubs de l’élite locale. Raison de la fronde : les élections fédérales et le nouveau calendrier des compétitions.
La Fédération calédonienne de football s’offre une nouvelle crise ouverte. Premier point de discorde : le redémarrage des championnats et surtout l’introduction d’un calendrier, allant du mois d'août au mois de mai, puisque Covid-19 oblige, aucune compétition ne pourrait se finir avant la décembre 2020.
 

La commission des compétitions fédérales nous dit que c’est faisable, nous aussi on regarde le calendrier et c’est largement faisable. D’ailleurs, il y a des U18 qui commencent à jouer samedi, donc ils vont faire un championnat jusqu’à décembre, c’est faisable - Jean-Marc Ventoume, dirigeant de l’AS Lossi.

 

Calendrier

Ces dirigeants représenteraient huit équipes de Super Ligue et une majorité des clubs des comités Nord et Îles. Toutes compétitions organisées durant l’été seraient pour eux, contraire au bon sens. 
 

On veut nous imposer un nouveau calendrier entamé qui n’est pas bon pour notre jeunesse. Tous les jeunes sont en vacances et on ne va pas ramer à contre courant; l’année civile c’est mars à décembre - Jean-Marc Ventoume, dirigeant de l’AS Lossi.

 

Élections

Autre point de discorde et non des moindres : les élections au sein de la fédération de football. Elles devaient être effectives au mois de mai, mais la crise sanitaire en a décidé autrement. Pour les contestataires, le conseil fédéral actuel est "devenu caduque et n’a plus d’existence". Rencontré dans la foulée, le président de la Fédération en pleine inauguration d’un nouveau terrain de sport, a souhaité prendre le temps de la réflexion avant de s’exprimer.

Le reportage radio de William Lecren :

Fédération calédonienne de football


Le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor : 
©nouvellecaledonie