In mémoriam party : la dernière fête du "French mayor" australien

océan pacifique
French Mayor
Original jusqu'au bout, le "French mayor" australien, Bertrand Cadart a choisi de tirer sa révérence à sa façon. Condamné par une maladie incurable, il décide alors d'organiser une veillée funèbre de son vivant. Le film, diffusé à 20h, revient sur la vie et le départ de ce personnage hors-norme.
Ce film inédit accompagne les dernières excentricités d'un personnage haut en couleurs, Bertrand Cadart, picard immigré en Australie et connut pour son rôle de maire, le premier français a pouvoir exercer cette fonction sur le continent. Plusieurs mandats qui lui ont valu une appréciation marquée de ses administrés.

Je dirai qu'il est ni fou ni excentrique mais c'est au contraire quelqu'un de très philosophique, très réfléchi, et du coup comme il réfléchit beaucoup il fait des choses qu'on ne fait pas.

Pierre Quatrefages a choisi de réaliser ce documentaire après avoir rencontré un grand ami du French Mayor, un Calédonien, Claude Bretegnier, qui avait tourné un documentaire sur lui en 2008 (réalisé par Damien Ordas, Claude Bretegnier et Laurent Chenas).
L'ancien journaliste lui raconte que

se sachant mourant, il avait déjà acheté son cercueil (rouge et en carton), et il l’avait installé dans son salon, ce qui l’amusait beaucoup.
Il avait aussi choisi sa place au cimetière et trouvé sa pierre tombale (qui ne ressemble pas du tout à une pierre tombale !), et l’avait posée dans son jardin. C’était déjà orignal.
Entre temps, sa fille, Anne-France, a découvert que certains californiens faisaient des veillées funèbres de leur vivant. Bertrand a été conquis par l’idée.


Bien que le moment peut être considéré comme lugubre ou macabre, la personnalité de Bertrand Cadrat est à l'opposé de cette atmosphère. Le documentaire témoigne de la vision d'un homme pudique, respectueux et délicat. Au programme de cette dernière « party » : philosophie, joie et facéties…

Interview de Pierre Quatrefages, réalisateur extrait de l'émission sur la natte 
Le podcast entier sur la carrière du réalisateur est à écouter en cliquant ICI.

Le film en avant-première ci-dessous avant son passage en TV 20h
 

L'histoire de Bernard Cadart
Il y a une cinquantaine d’années, le jeune picard Bertrand Cadart débarque en Nouvelle Calédonie pour y faire son service militaire.
Il succombe aux charmes du caillou et noue des amitiés indéfectibles avec une poignée de calédoniens.
Comédien puis journaliste à Europe1, il revient dans le Pacifique et tente l’aventure australienne…
D’abord animateur radio à Melbourne, il fait  ensuite tous les boulots. Il devient, entre autres, le designer des motos du premier Mad Max, et y obtient un rôle.
Il se marie et a deux enfants.
Après une vie de bohème et moult péripéties, il est élu maire d’une petite ville de Tasmanie.
Il est le premier et unique maire d’origine française en Australie.
Un exploit.
Son gout pour la bonne chair, ses nœuds papillons improbables et sa bonhomie le rendent populaire, tandis que son audace bouscule ses tranquilles administrés.
Il est truculent, excentrique et flamboyant, et avec ses bacchantes, son bagout et ses « bécanes », il attire les médias et devient l’incontournable « French Major ».
Pendant une décennie, il fait la Une des magazines et quotidiens australiens, et des reportages et des documentaires lui sont consacrés en France comme en Calédonie.
Bertrand s’en étonne et s’en délecte.
A la fin de ses mandats de maire et alors qu’il briguait une députation, Bertrand Cadart apprend qu’il est malade.
Il a une leucémie particulière et incurable.
Les médecins sont formels, il ne lui reste qu’une année à vivre, pas beaucoup plus.
Il a 70 ans.
Il est condamné.
Il le sait.
Il le ressent, parfois.
Mais pour Bertrand, « tant que l’on a pas rendu son dernier souffle, on a pas dit son dernier mot ! ».
Il ne veut pas subir sa mort, alors il va l’organiser.

Fiche Technique
Réalisation : Gwenaëlle des Cognets et Pierre Quatrefages
Production : P4.nc et Nouvelle Calédonie la 1ère
Durée : 52 minutes
Crédit photos : p4
Diffusion : Mardi 12 mai 2020 à 20h00
Les Outre-mer en continu
Accéder au live