nouvelle calédonie
info locale

JO Rio: les Australiens boycottent le village olympique, trop insalubre

océan pacifique
Militaires au village des jeux de Rio
©Images: Buda Mendes) (Credit: Getty Images)
Les premiers athlètes déjà arrivés sur place dorment à l'hôtel. Une décision prise par Kitty Chiller, la triple championne du monde de pentatlon, chef de mission.
Kitty Chiller, triple championne du monde du pentathlon moderne, a dressé la liste des défauts du bâtiment dans lequel les Australiens devaient être basés : des toilettes bouchées, des tuyaux qui fuient, des câbles électriques dénudés, mais aussi, dans certains appartements, de l'eau qui coule le long des murs, une forte odeur de gaz, pas de lumière dans les cages d'escalier, et les sols sont très sales. 
 
« Notre bâtiment est inhabitable, résume Kitty Chiller. Il n'offre pas l'environnement favorable à la concentration des athlètes et à leurs performances que nous essayons de créer. »
 
L'Australie s'est classée 8ème aux JO de Londres en 2012. Cette année, l'équipe vise le top 5. 
 
« Nous avons un plan d'action pour essayer de résoudre certains problèmes (dans le bâtiment, NDLR), a précisé Kitty Chiller. L'objectif est de finir d'ici mardi, amsi en tous les cas, nous n'autoriserons aucun membre de l'équipe australienne à dormir au village olympique ces deux prochains jours. »  
 
Mais par ailleurs, la cheffe de mission australienne ne tarit pas d'éloges sur d'autres aspects du village olympique brésilien: 
 
« À part ça, le village est l'un des meilleurs. Le centre d'accueil, la salle du diner, les jardins, l'ambiance générale sont très bons. »  
 
Les organisateurs ont souligné que les manques de finitions dans les bâtiments du village, cela arrive à chaques Jeux Olympiques, et que quelques ajustements seront faits. Pour eux, le boycott australien s'ajoute à une longue liste de soucis, comme par exemple, rassurer les athlètes sur le zika, faire remonter les ventes de billets pour les épreuves,, trop basses, et un manque d'enthousiasme des Brésiliens pour les Jeux, car ils sont aux prises avec une récession économique. 
Publicité