L'OPT a contribué à la réparation du câble sous-marin entre les Tonga et Fidji

océan pacifique
Navire Reliance réparateur de câble
Navire "Reliance", réparateur de câble sous-marin, image d'illustration. ©Marjan Stropnik / MarineTraffic
L'Office des postes et télécommunications a prêté 59 km de câble fibre optique à l'opérateur Tonga cable pour réparer le câble sous-marin endommagé lors de l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apei, samedi 15 janvier. Son fonctionnement a été rétabli le 22 février.

Les opérateurs télécoms du Pacifique sont à l'œuvre pour réparer le câble sous-marin des îles Tonga, déchiré en de multiple endroits sur près de 80 km, suite à l'éruption volcanique du samedi 15 janvier, qui a isolé l'archipel du reste du monde.

Les ondes de choc et le tsunami ont causé d'importants dégâts sous l'eau sur le câble sous-marin qui relie les Tonga aux Fidji. L'opérateur Tonga cable n'ayant que 19 km de câble à sa disposition, il a sollicité l'OPT pour lui prêter 59 km de fibre optique sur ses réserves de secours.

Un câble domestique toujours endommagé

"L'OPT fait partie d’une association, la SPMMA (South Pacific maintenance marine association), qui regroupe les câblo-opérateurs de la zone et permet de mutualiser les moyens et diminuer les coûts de prestations de maintenance marine. Nous avons donc en commun le même navire câblier, celui de TE SUBCOM, le Reliance. Chaque propriétaire de câble possède du rechange sur ce navire équipé pour procéder à des réparations de câbles sous-marin", explique Véronique Lacrose, directrice adjointe des télécommunications à l’OPT.

Outre la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont fourni 11 kits de réparation à l'opérateur tongien. Saluant "leur générosité et leur soutien", James Panuve, directeur général de Tonga cable limited a indiqué que la réparation du câble sous-marin a pris fin le 22 février. "Malheureusement, la réparation du câble domestique prendra, quant à elle, plusieurs mois", poursuit-il.

La coopération régionale se renforce dans la zone Pacifique et nous avons à cœur de nous soutenir les uns, les autres, notamment en cas d’événements exceptionnels. Par le passé, nous avons déjà prêté des antennes ou encore des équipements télécoms à nos voisins ayant subi des cyclones majeurs

Philippe Gervolino, directeur général de l’OPT