La 10ème Conférence du Pacifique insulaire pour la conservation de la nature et les aires protégées se tient à la CPS

océan pacifique
CPS 10ème Conférence du Pacifique insulaire pour la conservation de la nature et les aires protégées
©NCla1ère
Un rendez vous régional et international où 26 états et territoires du Pacifique tentent de s'organiser pour mieux protéger le patrimoine marin dans le Pacifique. Programmée en avril au centre Tjibaou ce rendez vous, Covid oblige, se tient finalement en comité restreint, par visioconférences. 
Mieux protéger le patrimoine marin, prévenir la pollution plastique, valoriser la biodiversité, se donner les outils d’un tourisme durable, ce sont quelques uns des thèmes abordés dans cette conférence
 

Définir de nouveaux objectifs

Un vaste tour d’horizon qui servira de base pour les prochaines années. Ce dixième rendez-vous devra en effet faire le point sur les actions entreprises dans le programme 2014/2020, avant de se fixer de nouveaux objectifs. 
« L’océan tient une place majeure dans la stratégie régionale à construire, et donc il y aura trois axes à cette stratégie : il y aura à la fois l’océan, les îles, et en même temps la connexion à la nature, c’est à dire tout le lien entre culture, nature et l’utilisation par les populations locales de cette biodiversité » explique Anne-Claire Goarant, de la division du changement climatique et de la durabilité environnementale de la CPS. 
10ème Conférence du Pacifique insulaire pour la conservation de la nature et les aires protégées
©Conférence du Pacifique insulaire pour la conservation de la nature et les aires protégées
 

Les priorités calédoniennes

Vingt-six états régionaux au total mais aussi d’importantes ONG internationales sont ici pour définir certes une politique globale de préservation du patrimoine,  mais cette collaboration permet aussi à chaque partenaire d’établir ses priorités locales et de se tourner vers les bailleurs de fonds. 
« La Nouvelle-Calédonie a clairement mis en évidence quelles étaient ses priorités notamment au travers du parc naturel de la Mer de Corail, la lutte contre les menaces et notamment contre les feux, et contre les espèces envahissantes, contre l’urbanisation…Les menaces à la biodiversité sont assez classiques malheureusement, et donc les provinces et le gouvernement qui co-animent les politiques de conservation de la biodiversité fixer avec les populations locales ces priorités » explique Anne-Claire Goarant.  
 

Rendez-vous l’an prochain en Chine

Les participants à cette conférence ont trois jours pour faire le point sur la stratégie passée et à venir de la conservation du Pacifique.  Il s’agit aussi de se fixer des engagements qui seront discutés l’an prochain en Chine lors d’une conférence sur la conservation mondiale de la biodiversité.   
Le reportage de Laurence Pourtau et Cédric Michaut 

Une conférence virtuelle

Dans le cadre de cette conférence du Pacifique insulaire, une table-ronde virtuelle aura lieu ce mercredi, à 16 heures, sur la pirogue Meryemana amarrée face au CREIPAC à Nouville. 
Cette table-ronde réunira en visioconférence cinq femmes océaniennes originaires de différentes îles du Pacifique, dont trois capitaines, pour un échange sur les thèmes de l’éco-navigation, de la place des femmes dans le secteur maritime, de la navigation traditionnelle et des solutions pour la protection de l’océan. 
Elle sera retransmise en Facebook Live sur les pages des associations Kenu One Project et Vakaledonie
Conférence Ocean's 4 Life. Héroïnes du Pacifique
©DR