Le théâtre pour lutter contre le cyber harcèlement

éducation mont-dore
Théâtre cyber harcèlement
©Natacha Lassauce-Cognard (CM)
Le cyber harcèlement expliqué aux lycéens : c'est l'objectif du théâtre-forum organisé par la ville du Mont-Dore. Animé par la compagnie "Lyades", le spectacle permet d'informer et d'échanger sur les risques liés au mauvais usage d’internet. Une question qui touche de plus en plus de jeunes.
Ces lycéens ont tous entendu parler de cyber harcèlement dans leur établissement scolaire. C’est à dire de violence répétée envers une personne via internet et les réseaux sociaux.
 

« Çà ne s’arrête jamais »

« La différence avec avant, c’est qu’on était harcelé, ou on harcelait, sur le temps de l’école, c’est à dire de 8 h à 17 h, et après, on rentrait chez soi et on était tranquille », explique Adeline Blaimont, directrice de la compagnie Lyades. «  Là, avec le cyber harcèlement, ça ne s’arrête jamais en fin de compte. Même pendant les vacances, on continue à être harcelé, même la nuit, même les weekends, et ça peut être dix, quinze messages par heure ».

« Tous les jours, j’en entends, des situations où les jeunes filles, qui sont plus touchées par les garçons, sont cyber harcelées avec propagation d’images personnelles et il y a une réelle souffrance psychologique derrière », renchérit Julie Marquet, psychologue scolaire pour la DDEC, la direction diocésaine de l’enseignement catholique.  
Théâtre cyber harcèlement
©Natacha Lassauce-Cognard
 

Mettre en scène des situations

Pour mieux comprendre un tel phénomène sociétal, cette troupe de théâtre présente à ces jeunes plusieurs saynètes qui mettent en scène la manière dont on peut peut arriver à se faire piéger, notamment en partageant des photos ou vidéos intimes. 
Le théâtre-forum permet à ces lycéens d’interagir avec les comédiens et de leur donner des conseils pour rejouer les scènes.
 

Une prise de conscience  

Après deux heures de jeu, la prise de conscience est collective : les personnes harcelées doivent être aidées. 
« Il ne faut pas avoir peur, il faut foncer, il faut y aller, et puis se soulager, c’est ça le plus important, ne pas avoir quelque chose qui pèse sur nos épaules », commente Shannon Kunh, 15 ans. 
« Je pense que je serai plus à l’écoute et je ferai plus attention aussi à mes camarades, quand je vois qu’ils ne sont pas bien, j’essaierai d’aller vers eux pour les aider » ajoute Gogny Medjai, 15 ans.
Dans une autre scène, le harcèlement moral tourne autour de  l’homophobie et du racisme. Des propos qui mettent en exergue le mal-être du harceleur.   
« Je pense aussi que c’est important de prendre du recul pour savoir ce qu’il a vécu, et d’essayer de l’aider aussi pour qu’au final, ce soit les deux personnes (harcelé et harceleur) qui aient du soutien et de l’aide », commente Tevaï Clavel, 16 ans. 

Le cyber harcèlement est une infraction. La peine encourue est de 2 ans de prison et de 3,5 millions de francs CFP. 
Les personnes harcelées peuvent se rapprocher de la gendarmerie et contacter le numéro vert de SOS écoute, au 05 30 30.  

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Nicolas Fasquel :
©nouvellecaledonie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live