Avenir de l'usine du Sud : les réactions au lendemain de la table ronde

politique
Vale NC Usine du Sud
©NCla1ère
Au lendemain de la réunion sur l’usine du Sud, c’est un sentiment de satisfaction qui domine parmi les participants. Vale a accepté de repousser la signature de l'accord avec Prony Resources/Trafigura, tandis que la Sofinor dément être sortie du projet Korea Zinc.
 
Il aura fallu dix heures d'échanges pour parvenir à un accord et voir les premiers participants à la table ronde sortir du haut-commissariat vers deux heures du matin.

L’accord trouvé hier prévoit l’ouverture de discussions sur : 
  • La venue de Korea Zinc sur le site afin de procéder à une expertise dans le cadre de la recherche d’un partenariat financier et/ou industriel
  • L’actionnariat calédonien
  • Le processus industriel et notamment la possibilité de faire évoluer le projet pour aller jusqu’au raffinage dans le cadre d’un partenariat industriel.
En parallèle, l’Ican, le collectif « Usine du Sud = usine pays » et l'USTKE se sont engagés à suspendre les blocages pendant la durée des discussions.

Enfin, alors que des voix se sont récemment élevées pour s’inquiéter de la stabilité du barrage de Vale, la Dimenc va diffuser un rapport d’expertise réalisé le 25 novembre dernier. 

Ce matin, Virginie Ruffenach, la présidente du groupe Avenir en confiance au congrès, se félicite de cet accord, d’autant que dit-elle « les partenariats possibles ne comprennent plus Sofinor ». « L’usine du Sud reste au Sud », assure-t-elle.
 
Une affirmation toutefois démentie dans la journée par la Sofinor : « La Sofinor n’a, à aucun moment, indiqué se retirer du projet, ce qui ne semble pas avoir été compris par tous les participants, indique la société dans un communiqué. Au contraire, la Sofinor maintient sa proposition de défendre les intérêts calédoniens jusqu’à l’aboutissement des discussions sur les modalités de cession de la participation de Vale Nouvelle-Calédonie. »
La Sofinor assure même que son maintien « dans les discussions actuelles est une condition sine qua none du maintien de la candidature de Korea Zinc. »
 

« Rien n’est réglé, mais des portes sont ouvertes », estime pour sa part Philippe Gomès, de Calédonie ensemble, qui précise que concernant l’actionnariat calédonien, «  le consortium Sofinor/Korea Zinc a proposé que les intérêts du Pays soient portés par une société associant les trois provinces dans le cadre d’une répartition 50/50 entre le Sud d’un côté, le Nord et les Îles de l’autre, la présidence étant assurée par la province Sud. »
 
Côté indépendantiste, le FLNKS salue ce matin sur sa page Facebook « la détermination et la mobilisation du peuple et de ses militants et sympathisants ».
 
facebook flnks


Quant à l’Instance coutumière autochtone de négociation, qui s’est engagée à suspendre les blocages avant ce vendredi soir 18 heures, elle remercie « toutes les personnes qui se sont mobilisées et indique que « suspendre » ne veut pas dire « s’arrêter. »
 
Lors d'une conférence de presse à laquelle NC la 1ere n'était pas conviée, la présidente de la province Sud, Sonia Backès, a indiqué avoir obtenu de Vale le report de la signature de l'accord avec le consortium Prony Resources/Korea Zinc. Un informartion confirmée dans un communiqué par l'industriel, qui indique avoir « décidé de différer de quelques jours sa décision concernant la cession de sa participation au consortium Prony Resources, que nous portons avec notre partenaire Trafigura. Cet espace de temps va notamment permettre de progresser, avec la facilitation de la Province Sud, sur la répartition du capital réservé aux intérêts calédoniens, incluant l’actionnariat salarié. » 

L'industriel indique également qu'il va transmettre « au cours des prochaines 24 heures », une invitation à Korea Zinc afin que «  ses dirigeants et cadres techniques [puissent] venir nous rencontrer sur site, afin d’évoquer avec eux de possibles partenariats industriels dans les années à venir. » 

Lire le communiqué de Vale :