Les syndicats réagissent à la déclaration de politique générale de Louis Mapou

gouvernement de nouvelle-calédonie
Réactions syndicales au discours de politique générale de Louis Mapou ©Dave Wahea-Hnasson et Carawiane Carawiane
Après la déclaration de politique générale du président Louis Mapou, les principaux syndicats saluent les ambitions annoncées tout en s'interrogant sur le financement de ces chantiers.

Les principaux syndicats l'Usoenc, l'UT-CFE CGC et la Cogetra
réagissent à la déclaration de politique générale de Louis Mapou. Ils saluent les ambitions annoncées mais s'interrogent sur le financement de ces chantiers. Ils nourrissent également des inquiétudes quant à la poursuite des réformes au lendemain de la consultation référendaire.

Comment financer

Le syndicat majoritaire en Nouvelle-Calédonie, l'Usoenc, salue l'ambition du discours de Louis Mapou prononcé le jeudi 25 novembre. Mais il y a un bémol, comment financer les six grands chantiers évoqués comme la relance économique ou la cohésion sociale. "Comment engager des réformes et avec quelle fiscalité alors que les comptes de la Nouvelle-Calédonie sont dans le rouge", s'interroge Milo Poaniewa, secrétaire général de l'Usoenc.

Même son de cloche du côté de l'UT-CFE CGC, pour eux, beaucoup d'actions sont avancées mais peu de détail sont apportés sur le financement. Le syndicat souligne particulièrement le manque de précisions sur les réformes des comptes sociaux. "Le sujet a très peu été évoqué. Comment allons nous faire pour sauver le RUAMM en 2022 ?", s'inquiète Christophe Coulson, président de l'UT-CFE CGC.

61a1b3d2e8a73_reaction-syndicat-dpg-web-frame-725.jpg
Christophe Coulson, président de l'UT-CFE CGC. ©NC la 1ere

L'après référendum

La Cogetra de son côté craint que ces chantiers soient mis en suspend au lendemain du référendum. "À partir du 13 décembre, des discussions auront lieu sur l'évolution statutaire et institutionnel. Nous craignons à ce moment là, un immobilisme des politiques sur le plan économique et social", explique Tony Dupré, vice-président de la Cogetra. 

Sollicités par nos équipes, l'USTKE et la Fédération des fonctionnaires n'ont pas donné suite à nos demandes d'interviews.