publicité

Le Médipôle, un an après

Il y a un an jour pour jour, le CHT achevait son déménagement en grande pompe au Médipôle de Koutio. Son ouverture avait suscité beaucoup d’espoir pour les personnels soignants et les calédoniens. Depuis l’hôpital a connu son lot d'aléas, à commencer par la grogne des personnels médicaux

© Martine Nollet NC1ère
© Martine Nollet NC1ère
  • Jeannette Peteisi, Natacha Cognard, Sheïma Riahi
  • Publié le , mis à jour le
Avec quelques 2300 salariés, c'est l'infrastructure publique la plus importante de Nouvelle Calédonie. Depuis la fin des 4 ans de travaux et son ouverture officielle il y a un an, le Médipôle réunit en son sein les services du CHT Gaston Bourret et ceux de l'hôpital de Magenta. Son ouverture en janvier 2017 avait suscité beaucoup d’espoir pour les personnels soignants et les calédoniens, cette nouvelle structure de soins répondant enfin aux besoins de santé du territoire. Mais après une année de fonctionnement, le bilan est mitigé.

« Des salariés au bout du rouleau »

Un certain désenchantement a gagné les salariés du Médipôle. Quelques-uns d'entre eux se disent aujourd'hui satisfaits, d'autres en revanche sont « au bout du rouleau ». Les équipes s'épuisent. Dans certains services, le personnel pointe le manque d’effectifs et le manque de reconnaissance de leur travail. « De nombreuses infirmières sont en burn-out, certaines sont parties car elles n'en pouvaient plus de cette situation. J'en fais aussi partie, je quitte bientôt l'hôpital », confie cette soignante. 

« Le personnel n'a pas eu le temps de souffler »


Au service des urgences, le nombre d’hospitalisations a augmenté en un an. Trois médecins effectuent en moyenne 75 interventions par jour. Les urgences, surnommées la porte d’entrée de l’hôpital, enregistrent prés de 8000 hospitalisations chaque année, ce qui semble poser certaines difficultés. « Il y a encore un déficit de lits, nous sommes en attente de plusieurs lits d'hospitalisation et cela génère à nouveau de l'attente aux urgences », déplore Jean-Michel Lévêque, médecin urgentiste au Médipôle. 2017 est une année de transition difficile à vivre poursuit ce médecin « Le Médipôle est un très bel outil, nous sommes fiers de travailler dans cet hôpital mais cette structure n'a pas résolu l'ensemble des problèmes que l'on avait déjà au CHT. Le déménagement s'est fait dans des conditions assez difficiles suivi instantanément d'une activité soutenue liée à différents pics épidémiques. Le personnel n'a pas eu le temps de souffler, il a donc été difficile de s'approprier cette nouvelle façon de travailler et ces nouveaux locaux ».

Grève administrative 

2017 a aussi été marquée par une grève des médecins hospitaliers du Médipôle. Une grève administrative pour exiger de meilleures conditions de travail.  Après une semaine de tension, la direction et l’intersyndicale valident un protocole d'accord pour une sortie de crise. « Des choses se sont progressivement mises en place depuis cette grève. Une cellule de gouvernance prend aujourd'hui en compte les avis des médecins. Nous espérons que cela perdure et que l'administration va continuer de prendre en compte l'avis des médecins pour gérer l'hôpital. Le protocole d'accord prévoyait également la création de postes médicaux, de médecins spécialistes notamment, c'est en cours », souligne Dr Pascale Rouhaut-Bruzzi, présidente du syndicat des médecins et pharmaciens hospitaliers de Nouvelle-Calédonie.

Un budget serré 

Du côté de la direction, le budget très serré et les efforts dans l'administration du personnel et des lits sont mis en avant. 3,8 milliards de francs ont été alloués au Médipôle pour qu’il n’y ait pas d’enveloppe supplémentaire pour 2018. Le budget de fonctionnement s’élève à 29 milliards de francs. La présidente du Conseil d'administration du Médipôle, Jacqueline Bernut, explique qu'«il y a effectivement des efforts de mutualisation et de potentialisation des moyens à faire mais néanmoins on va remplir les objectifs qui nous ont été fixés en ouvrant 14 lits notamment dans le service court séjour gériatrique afin de régler le problème important de personnes âgées hospitalisées et donc les moyens dont on dispose sont suffisants pour l'instant ». Un audit de l’inspection général de la santé doit être publié cette année. Il doit aider à améliorer le quotidien des salariés du Médipôle.

Sur le même thème

  • santé

    Le Médipôle a un an: les «fantômes» de l'hôpital

    Suite de notre immersion au Médipôle, un an après son ouverture. A la pointe de la technologie, le nouvel établissement hospitalier de Nouvelle-Calédonie est parfois perçu d’une étrange façon. Au point qu’il a pu être surnommé le «Maudit-pôle»…

  • santé

    Le Médipôle a un an: zoom sur les urgences pédiatriques

    Suite de notre immersion au Médipôle, un an après son ouverture. Aux urgences pédiatriques, six médecins et infirmières se relayent pour assurer le bon fonctionnement du service. Loin de l'hôpital de Magenta, le personnel médical se heurte aujourd'hui à d’autres obstacles.

  • santé

    Le prix du tabac s'envole

    La loi qui augmente de façon drastique les taxes sur le tabac en Nouvelle-Calédonie est entrée en vigueur. Touchés au portefeuille, certains consommateurs ont commencé à modifier leurs habitudes, face cette hausse que les professionnels de santé saluent.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play