nouvelle calédonie
info locale

Les milieux naturels souffrent des feux en Calédonie

environnement
Sur le portail Vulcain, la carte des surfaces potentiellement impactées par les feux depuis le 15 septembre.
Sur le portail Vulcain, la carte des surfaces potentiellement impactées par les feux depuis le 15 septembre. ©Observatoire de l'environnement
Quand les feux de brousse se succèdent en Nouvelle-Calédonie, la nature trinque et la ressource en eau est menacée. L'Observatoire de l'environnement le pointe encore dans son premier bilan de la saison, qui s'est ouverte il y a un mois et demi.
La Calédonie encore en rouge et orange, ce jeudi. Rien à voir avec les couleurs d'Halloween, ou celles d’un automne en milieu tempéré, puisqu’il s’agit plutôt d’évaluer le risque de voir éclater un feu de forêt. Rouge, pour un niveau d’alerte extrême, ce qui concerne les deux tiers du pays du fait d’un fort alizé ! Toute la façade Ouest entre Boulouparis et Poum, la côte Est de Thio à Houaïlou, mais aussi de Touho à Pouébo et Ouégoa, sans oublier Nouméa et Ouvéa. 
 
Feu de La Conception, 6 octobre 2019, Mont-Dore, flammes.
Feu de La Conception, dimanche 6 octobre ©Coralie Cochin / NC la 1ere
  

23 communes en risque extrême

Soit 23 communes sur 33, et une interdiction de faire du feu dans tout le pays. Sur le terrain, les fronts d’incendie étaient jeudi matin maîtrisés à Moindou, Voh et Pouembout. Ils restaient sous haute surveillance, tandis qu’on notait des petits départs de feu un peu partout. Dans l'après-midi, celui de Bourail était en bonne voie pour être déclaré éteint. 
 
Carte Prévifeu du 31 octobre
©Météo France NC
 

Un impact à plus ou moins long terme

Ce contexte brûlant influe non seulement sur les forêts et les maquis, mais aussi sur l'ensemble des milieux naturels, à plus ou moins long terme. C'est ce que confirme un premier bilan présenté par l'Observatoire de l'environnement, un mois et demi après l'ouverture de la saison administrative des feux - c'était le 15 septembre.
Le document à feuilleter :

Le point de l'œil sur les incendies en Calédonie by Françoise Tromeur on Scribd

 

Suivi par satellite

L'Œil suit ces sinistres par satellite. L'organisation a enregistré 457 incendies détectés depuis le début de l'année (soit 11 000 hectares brûlés), dont 194 depuis le début de la saison des feux. Un chiffre supérieur à l'intégralité de la saison précédente : l'an dernier, au 30 octobre, il était de 139. 
 

Ces quelques chiffres clés amènent à penser que 2019 est déjà à considérer comme une année intense de pression due aux incendies sur les milieux naturels, comme en témoignent les premières données sur l’impact écologique des 457 incendies décomptés en 2019.
- L'Œil

 

Périmètre de protection des eaux 

«Déjà aujourd'hui, on est en mesure de dire que presqu'une soixantaine de périmètres de protection des eaux douces ont pu être impactés depuis le début de l'année», rapporte Anne Lataste, responsable de la communication scientifique pour l'Observatoire de l'environnement. «Là, c'est véritablement la ressource et la qualité de l'eau de l'ensemble des populations qui est en jeu.»
 
Exemple de surveillance des feux par l'Observatoire de l'environnement
 

La forêt souvent brûlée

Pour ce qui est de la biodiversité, concernant la végétation : «sur les 457 incendies, il y en a presque 300 qui ont touché des patchs de forêt, ou formation végétale assimilée à de la forêt, et on sait que c'est là que se trouve la garantie d'une bonne ressource en eau pour le territoire.»
 

Désastreux feu de Belep

Forêt sèche, réserves ou encore périmètres Ramsar (un feu s'est déclaré le 28 octobre dans le secteur des Lacs du Grand Sud)... Ce sont aussi les espèces endémiques qui peuvent être atteintes. «On peut dire qu'aujourd'hui, seize périmètres d'alerte sur les espèces menacées ont été touchés, pose Anne Lataste. En particulier, l'incendie d'il y a deux semaines à Bélep, qui est une zone de fort micro, voire nano-endémisme. Il y a presque quarante espèces qui n'existent que sur cette île d'Art, à Bélep, qui ont pu voir leur habitat détruit par cet incendie.»  
 
Feu dans le secteur de Ouégoa, en marge du tour cycliste, 21 octobre 2019
Savane à niaoulis en feu à Ouégoa, le 21 octobre 2019. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

Conséquences en chaîne

Et d'insister : «A partir du moment où la forêt est atteinte, derrière, c'est toute une chaîne qui s'enclenche, depuis la crête des montagnes jusqu'au fond du lagon, l'ensemble des milieux naturels sont impactés à plus ou moins long terme.» 
L'Observatoire propose sur son site une page dédiée à l'alerte incendie.
 

«Il faut que ça s'arrête»

Des dégâts sur les milieux qui sont forcément constatés, localement. Ecoutez le maire de Moindou, Jo Peyronnet : il est pour le moins désabusé après l'incendie qui a brûlé 660 hectares depuis dimanche, causé dégâts et dépenses, et gâché au passage les 140 ans de la commune.
Il répond à Alix Madec :

Dégâts des feux, le maire de Moindou

Publicité