Mobilisations contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire

coronavirus
Mobilisations contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire
©Claude Lindor/NC La 1ère
Une centaine de salariés de la SLN se sont regroupés, ce lundi matin, devant l’usine de Doniambo, à Nouméa, contre l’obligation vaccinale et la menace qui pèse, selon eux, sur les emplois. D’autres mobilisations citoyennes ont eu lieu devant le gouvernement, le Congrès et à la province Nord, à Koné.

Alors que le pass sanitaire entre en vigueur ce lundi 11 octobre, près de trois semaines avant l'obligation vaccinale imposée à certains secteurs, des voix se font déjà entendre dans la rue. Et ce, malgré l’interdiction de manifester, notifiée par le haussariat, en réaction à l'appel de la CSTC-FO à se mobiliser devant le gouvernement.

Tôt, ce lundi matin, devant l'usine de Doniambo, une centaine de salariés de la SNL ont exprimé leur opposition aux mesures prises par les autorités pour gérer la crise sanitaire. Une mobilisation initiée par le SGTI-NC, principal syndicat de la SLN.

"On n'est pas contre le vaccin, mais que les choses soient claires, c'est simplement contre l'obligation de se faire vacciner, précise Tony Chapman, le représentant du SGTI-NC, affilié à l'UT-CFE-CGC. Il y a eu des licenciements à l'extérieur. On attend un écrit. Il y a eu plusieurs contacts avec la direction, mais toujours rien. C'est malheureux d'en arriver là."

ITW Tony Chapman, représentant du SGTI-NC

 

Des mouvements divers

Parallèlement à ce mouvement de grève, deux autres rassemblements se sont produits à Nouméa. L'un, à port Moselle, où quelque deux cents personnes était rassemblées. Ces sympathisants opposés à l’obligation vaccinale, au pass sanitaire ou encore au vaccin, se sont regroupés autour d'un concept en forme de slogan « pass boire café », un café "citoyen", selon leurs propres termes. Parmi les personnes présentes, des membres du collectif Réinfocovid, du Collectif souverain. Les forces de l’ordre sont restées à distance du groupe, tout en bloquant l’accès au siège du gouvernement et de la province Sud.

L'autre mouvement s'est tenu devant le Congrès, avec une dizaine de personnes rassemblées en soutien à Ysmael Pidjot, un collaborateur de l’Union Calédonienne, qui aurait été limogé pour ses positions publiques contre la vaccination obligatoire, qu'il avait qualifié de "dictature sanitaire". Enfin, à Koné, une mobilisation a également été signalée devant la province Nord. 

Mobilisations contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire
Mobilisation devant le Congrès, ce matin. ©Nathan Poaouteta
©nouvellecaledonie