Municipales 2020 : un peu plus de femmes têtes de liste

élections
Mosaïque des mairies de Nouméa et Dumbéa
A Nouméa et Dumbéa, les candidates à la mairie sont cette année plus nombreuses en têtes de liste que les candidats. ©NC la 1ere
Les Calédoniennes aussi se mobilisent pour porter un projet dans la campagne électorale des municipales. En 2020, elles sont 26 à mener une liste, et c'est un peu plus qu'en 2014. 
6 juin 2000 : la parité impose un égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives. Si ce concept est entré dans les mœurs, la place des femmes candidates a encore des progrès à faire. 
 

Quinze communes sans tête de liste féminine

Un exemple : en 2020, dans quinze communes calédoniennes sur 33,  il n’y en a aucune qui mène une liste. En province Nord, pas de femme en première position à Belep, Houaïlou, Kaala-Gomen, Koné, Ouégoa, Poindimié, Ponérihouen, Pouébo, Pouembout et Touho. Ni, dans le Sud, à Boulouparis, Moindou, Yaté ou sur l’île des Pins. Aux Loyauté, on relève cette absence de candidates à Lifou.
 

Autour de 20 %

Quinze communes sans candidate, c'est le même nombre qu'en 2014. Mais à l'époque, il y avait davantage de listes et moins de femmes à leur tête : vingt-deux, contre vingt-six. En six ans, cette présence féminine en première ligne est passée d'environ 15% à presque 20 %. Il y a du mieux...
 
Bourail : Vote de Brigitte El Arbi
Municipales de 2014, Brigitte El Arbi vote à l'école Lys d'eau. ©NC la 1ère
 

Plus nombreuses à Nouméa et Dumbéa

Et cette fois, des villes se démarquent. Les candidates sont plus nombreuses que les candidats à Nouméa. Elles mènent quatre listes sur sept. Même constat à Dumbéa, où trois listes sur cinq sont tirées par des femmes. Elles sont trois sur sept à Païta. 
 

C'était deux au mieux en 2014

En 2014, on comptait au mieux deux candidates sur une commune - à Nouméa, au Mont-Dore, à Païta et Pouembout. Autre fait notable de cette élection 2020, l’apparition de femmes têtes de listes dans des municipalités longtemps portées par des hommes. C’est le cas de Hienghène, en pays Hoot ma Whaap. Ou encore sur l’île d’Ouvéa : sur les sept listes déposées, deux sont menées par une femme.
 

Quatre femmes maires

Rappelons que dans la mandature actuelle, quatre communes sur 33 sont dirigées par une maire : Nouméa avec Sonia Lagarde, La Foa avec Corine Voisin, Poya avec Yasmina Metzdorf et Poum avec Henriette-Hmae-Tidjine.
Deux autres avaient été élues en 2014 : Brigitte El-Arbi à Bourail et Sarah Vendegou à l'île des Pins (alors qu'elle ne menait pas une liste mais apparaissait en deuxième position). Toutes deux ont passé le relais à un homme, après des municipales organisées dans l'intervalle.