publicité

Objectif zéro mort sur les routes calédoniennes

Plus aucun décès par accident de la route d’ici un quart de siècle? Cet objectif pour le moins ambitieux constitue l’axe majeur du plan de sécurité routière envisagé par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie pour les trois années à venir. 

Intervention des secours sur un accident de la route, image d'archives. © NC 1ère (Brigitte Whaap)
© NC 1ère (Brigitte Whaap) Intervention des secours sur un accident de la route, image d'archives.
  • Martine Nollet et Sheïma Riahi, avec F.T.
  • Publié le
«On peut avoir zéro mort sur nos routes dans vingt-cinq ans.» L’objectif formulé par Cynthia Ligeard, membre en charge de la sécurité routière au gouvernement, se veut volontairement ambitieux. Ce nouvel axe, exigeant, a été dévoilé ce jeudi, au centre culturel du Mont-Dore. C'est là qu'avait lieu la restitution des travaux après le cycle de «rencontres-actions» qui se sont tenues durant un mois dans les trois provinces. 
 
Lancement des rencontres actions sur la sécurité routière, le 9 août 2018, à la Communauté du Pacifique. © NC la 1ère
© NC la 1ère Lancement des rencontres actions sur la sécurité routière, le 9 août 2018, à la Communauté du Pacifique.
 

«Système intégré»

Cet objectif se trouve au cœur du plan de sécurité routière élaboré par l'exécutif pour les trois prochaines années. Un plan qui doit être soumis au Congrès d'ici la fin 2018. «La mort sur la route, ce n’est pas une fatalité, insiste Cynthia Ligeard. Ensuite, comment y parvenir? De nombreux pays ont mis en place ce qu’on appelle le système intégré de sécurité routière, qui prend en compte à la fois les infrastructures routières, le véhicule et les usagers. En s’attaquant à la globalité des leviers, nous avons l’espoir et l’ambition d’arriver à atteindre ce zéro mort.» En 2043, le temps d’une génération.
Ecoutez Cynthia Ligeard au micro de Martine Nollet. 
«On va partir d'une vision»
 

Le permis à l'école

Le permis de conduire serait ainsi intégré dans la scolarité, dans l’idée de changer les comportements et d’inculquer des valeurs le plus tôt possible. «La panoplie de moyens pour que les comportements changent, elle existe. Les autre spays l'ont fait. Pourquoi la Calédonie n'y arriverait pas?», réagit François Levacher, à la commission «lutte contre l'insécurité routière» de l'UFC-Que choisir.
«Les jeunes associés»
 

Déjà 25 accidents mortels en 2018

Rappelons que le coût de l’insécurité routière est évalué en Nouvelle-Calédonie à 30 milliards de francs par an, 17 % du budget du pays. Et qu'au 13 septembre, le bilan pour l'année 2018 était de 25 accidents mortels de la circulation, qui ont fait 28 décès et 19 blessés.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play