Orthographe, francophonie, événements : Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain, invité de la matinale

invités de la rédac
Daniel Miroux, président de l'Alliance Champlain, le 16 mars 2022, semaine de la langue française
Daniel Miroux, président de l'Alliance Champlain ©Nouvelle-Calédonie la 1ère
Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain, était l’invité de la matinale radio du mercredi 16 mars. L’organisme met en place plusieurs événements dans le cadre de la 27ème semaine de la langue française et de la francophonie, un événement relayé partout sur la planète.

Sur un territoire où vivent 28 langues vernaculaire aux côtés du français, la semaine de la langue française et de la francophonie résonne grâce au Creipac (le Centre de rencontres et d'échanges internationaux du Pacifique) ainsi qu'à l’Alliance Champlain, investie dans l’événement depuis sa mise en place sur le territoire voilà un quart de siècle. Une occasion de rappeler la place et les valeurs que portent le français et la francophonie. Voici quelques éléments à retenir de cet entretien.

L’orthographe, toujours essentielle

Comme chaque année, le rendez-vous a débuté avec la dictée du Pacifique. Une cinquantaine de personnes réunies pour tester leurs connaissances en orthographe, syntaxe, grammaire, conjugaison… Pas de sans faute mais une certitude pour Daniel Miroux : "malgré le phénomène internet, il devient de plus en plus indispensable d’avoir une orthographe qui tienne la route et qui permette aux décideurs, aux employeurs, à tout un chacun de se comprendre et se lire correctement".

L’esprit de la francophonie

"Le français c’est une langue en partage", rappelait Daniel Miroux. Partagée par 300 millions de locuteurs, comme langue principale ou non. Et la francophonie, rajoutait le président de l’Alliance Champlain, doit "permettre l’épanouissement des langues secondes, grégaires en particulier. Cela fait partie des valeurs de la francophonie, avec le respect des cultures et, forcément, le respect des langues". Une dimension loin d’être anodine en Calédonie où des efforts sont déployés pour la préservation des langues kanak, un véritable défi quand "les linguistes pensent que pour qu’une langue puisse survivre, il faut qu’elle soit parlée par au moins 100 000 locuteurs…" 

Dis-moi 10 mots

Parmi les événements organisés dans le cadre de cette semaine de la langue française et de la francophonie, l’opération Dis-moi 10 mots. Elle s’adresse tout particulièrement aux écoliers, collégiens et lycéens afin qu’ils s’étonnent et s’amusent d’une dizaine de mots francophones, peu usités. "Ces dix mots ont plusieurs intérêts dont le principal est de pouvoir enrichir le vocabulaire de tout un chacun, notamment des jeunes." Cette année, les dix mots choisis sont : décalé, divulgâcher, ébaubi, époustouflant, farcer, kaï, médusé, pince-moi, saperlipopette et tintamarre.

L’entretien est à retrouver dans son intégralité ici.