Pass sanitaire, réouverture des marchés, référendum : ce qu’il faut retenir de l’entretien de Louis Mapou, président du gouvernement

référendum
Interview Louis Mapou
Louis Mapou, président du gouvernement, lors du JT du 3 octobre 2021. ©NC la 1ère
Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, le président du gouvernement Louis Mapou était l’invité du journal télévisé dimanche soir. L’occasion pour lui de revenir sur l’avancée de la vaccination, la suite du confinement et sur le référendum. Résumé.

Sa parole dans les médias est rare. Louis Mapou, président du gouvernement, s'est exprimé dimanche 3 octobre sur ce qui fait l'actualité en Nouvelle-Calédonie en ce moment. Entre crise sanitaire, vaccination et avenir institutionnel.

 

  • Satisfecit vaccinal

Avec désormais plus du tiers de la population ayant un schéma vaccinal complet (36,34% au 2 octobre), et plus de la moitié des Calédoniens avec au moins une première dose (56,44%), Louis Mapou s’est satisfait de l’avancée de la campagne vaccinale en Nouvelle-Calédonie. "Je m’aperçois que 64 000 personnes se sont rendues dans un centre de vaccination en 25 jours seulement. Ce qui est énorme par rapport au défi qu’on s’était lancé. Avec 66% de la population vaccinable qui a eu au moins une dose en un mois de confinement, c’est très bien. L’objectif, c’est 85% de la population vaccinable à la mi-novembre."

En tout, 64 000 personnes se sont rendues dans un centre de vaccination en 25 jours seulement. C'est énorme.

Louis Mapou, président du gouvernement

 

  • Assouplissement du confinement

C’est la question qui brûle les lèvres. Pour le moment, le confinement doit durer jusqu’au 18 octobre prochain. Mais le président n’exclut par un assouplissement dès le 11 octobre, en fonction de l’état d’épidémie. "Le confinement sera adapté sous réserve que les trois indicateurs s'améliorent, expose Louis Mapou. Il faudrait que le taux d’incidence tombe sous les 200 cas pour 100 000 habitants sur sept jours, que le taux de vaccination approche les 85% de la population vaccinable et que la pression sur les hôpitaux baisse à 20 à 40 lits occupés en réanimation."

  • Pass sanitaire

Le dispositif fait débat, mais il est dans les tuyaux. "Les équipes du gouvernement travaillent d’arrache-pied sur la mise en place de ce pass. Ce qui est intéressant, c’est que ce dispositif va permettre à ceux qui ont un schéma vaccinal complet, à ceux qui ont un test négatif de moins de 72 heures, ou ceux qui peuvent attester de leur immunité, de pouvoir circuler dans certains lieux, où il peut y avoir des risques de transmission." Ce pass pourrait aussi servir pour les travailleurs selon le président. "Les non-vaccinés qui travaillent auront la possibilité via le pass sanitaire de justifier de leur non contamination en réalisant des tests, mais à leur charge."

 

  • Réouverture des marchés

Complétement fermés lors du premier confinement en mars 2020, ouverts lors du deuxième en début d’année, les marchés ont dû fermer leurs portes depuis le 7 septembre. Mais la situation va très vite évoluer. "Les marchés auront la possibilité de rouvrir avec un protocole sanitaire strict à partir de samedi [9 octobre]." Pour ce qui est de la pêche et de la chasse vivrières, rien ne bouge. "J’ai préféré en rester à ce qui avait été fait lors des deux premiers confinements. À plus forte raison dans des conditions différentes avec le virus qui circule."

 

  • Budget et aide de l’Etat

C’est l’un des enjeux majeurs de cette crise sanitaire : quel sera son impact sur les finances du pays ? "En 2020, [le coût était de] 20 milliards et cela va être encore plus pour l’année 2021, compte tenu de la nature de la crise, précise Louis Mapou. Nous allons présenter une deuxième délibération modificative, après une première la semaine dernière. Ces textes vont nous permettre d’assurer le financement de tout ce qui est structurel dans le fonctionnement de la Nouvelle-Calédonie." 

Autre annonce faite ce dimanche, le rapprochement avec l’État. Il était demandé ardemment par les élus loyalistes. "Nous sommes entrés en négociation avec l’État, en accord avec la collégialité, pour contracter un nouvel emprunt. Je n’ai pas de chiffre à annoncer pour le moment, mais ce que je peux dire, c’est que nous assumerons toutes les décisions."

 

  • Maintien du troisième référendum

Alors que les formations politiques sont divisées sur la question du report ou du maintien du troisième référendum le 12 décembre prochain, Louis Mapou est resté dans un rôle de président collégial. "La Nouvelle-Calédonie va sortir de la crise très meurtrie et affectée, voire divisée. On va se retrouver à la fin du mois d’octobre dans un calendrier très contraint." 

Le président attend également la venue de Sébastien Lecornu pour avancer sur le dossier de l'avenir institutionnel. "J’attends du ministre des Outre-mer qu’il confirme que l’Etat est à nos côtés pour sortir de cette crise et pour les deux ans qui viennent. J’attends de lui et des responsables politiques locaux de déterminer ensemble quel est le chemin à parcourir dans cette période. Il faudra donner des perspectives et se projeter."

Entretien complet avec Nadine Goapana :

©nouvellecaledonie