Pierre Frogier veut impliquer le Sénat dans la recherche d’une solution institutionnelle sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie

le sénat
Pierre Frogier
Le sénateur Pierre Frogier ©Erik Dufour

Le sénateur veut profiter du débat sur la Nouvelle-Calédonie au Sénat le 4 mai prochain pour formuler une "proposition novatrice" pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. 

Le sénateur est resté plusieurs mois dans le silence, mais il a beaucoup consulté les Calédoniens qu’il a trouvés dans la "désespérance". Alors il veut impliquer davantage le Sénat dans la recherche d’une solution pour l’avenir du pays. Il s’envole ce jeudi 29 avril pour Paris où il formulera une "proposition novatrice".

Reconnaître ce qui divise pour trouver ce qui rassemble

Pierre Frogier trouve que rien n’avance dans le débat sur l’avenir du pays. Et ses contacts avec les Calédoniens, "qu’ils soient partisans ou pas de l’indépendance" lui font dire que la population locale "avance dans le noir" et qu’elle a besoin d’y voir plus clair.
A l’occasion du débat sur la Nouvelle-Calédonie qui se déroulera mardi 4 mai au Sénat, à la demande du groupe Les Républicains, Pierre Frogier souhaite formuler une "proposition innovante". Il emploie le terme de désaccord en précisant sa vision : reconnaissons ce qui nous divise et construisons ensemble une solution au profit de nos populations dit-il en substance.

Des perspectives en dehors des échéances électorales

Pourquoi maintenant ? Parce que l’approche de l’élection présidentielle en France ne créera pas un contexte favorable pour le dossier calédonien. Il compte ainsi sur son groupe Les Républicains comme sur le président du Sénat Gérard Larcher, pour accompagner avec l’ensemble de la haute assemblée la réflexion sur notre avenir. "Il faut créer une dynamique, pour que des perspectives se dégagent" dit Pierre Frogier qui devrait rester à Paris afin de participer à la réunion proposée par le président de la République en format Leprédour.
Le reportage d’Erik Dufour et Carawiane Carawiane