publicité

Plusieurs enquêtes ouvertes après l'accident mortel à l'usine SLN

Les enquêtes se poursuivent, après l’accident qui a coûté la vie à un ouvrier de la SLN à Nouméa, dans la nuit de dimanche à lundi. Police, société Le Nickel et direction du Travail tentent de comprendre ce qui s’est passé sur le site de Doniambo.

Usine de nickel de Doniambo (SLN-ERAMET) en Nouvelle-Calédonie © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Usine de nickel de Doniambo (SLN-ERAMET) en Nouvelle-Calédonie
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le
Que s’est-il passé dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 août, à Doniambo ? Deux jours après le décès de Hyacinthe Keletolona pendant son service à la SLN, l’émotion restait vive et les questions, nombreuses. Ce salarié du département calcination - fusion n'a pas survécu à une chûte d’environ dix mètres de haut. Une mauvaise fixation du plancher, composée de grilles d’acier, a été évoquée, mais cela ne suffit pas à expliquer le drame.
 

Reconstituer l'enchaînement des faits

 Trois enquêtes sont actuellement en cours. L'une conduite par la police, l'autre interne à la SLN et une troisième diligentée par la direction du Travail. Cette dernière doit permettre de déterminer l’enchaînement qui a conduit à l’accident et de rechercher d’éventuelles responsabilités. Comment procèdent les enquêteurs dans ce type d’accident industriel ? Quels sont leurs moyens ? «L’inspecteur du Travail a le droit d’entrer et mène son enquête comme il le souhaite», explique Bernard Mane, l’un des deux inspecteurs en charge de ce dossier. 
«L'inspecteur du Travail mène son enquête comme il le souhaite»
 

Premières conclusions avant la fin de l'année

L’enquête en elle-même est pour l’instant strictement confidentielle. Mais pour Bernard Mane, les premières conclusions devraient être signifiée à la SLN, et si nécessaire à la justice, d’ici deux à trois mois.
«Le plus tôt possible, mais avec précision et concision»
 

Entré en septembre 2004

Agé de 35 ans, marié et père de cinq enfants, Hyacinthe Keletolona travaillait à la SLN depuis presque quinze ans. 

Sur le même thème

  • sécurité

    Dans quelles conditions peut être utilisé le Taser ?

    La question se pose après le décès d’un homme à Ouvéa début août. Le cadre juridique qui entoure l'usage de ce pistolet à impulsion électrique est strict : les décharges ne peuvent être envoyées qu'en situation d’urgence ou de légitime défense. 

  • sécurité

    Le PSIG : un entraînement régulier [IMMERSION 2/2]

    Le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie est une unité spécialisée dans la lutte contre la délinquance urbaine. Cette unité a été créée en 2007. Pour être opérationnel, lors de leurs interventions, les hommes du PSIG s'entraînent régulièrement. Immersion.

  • sécurité

    Le PSIG : interpellation d'un suspect [IMMERSION 1/2]

    Sur le territoire, il existe trois unités de type PSIG : peloton d'intervention et de surveillance de la gendarmerie. L'une de ces unités est basée à Nouméa. Une de nos équipes de la rédaction a suivi le PSIG lors de l'interpellation d'un jeune suspect dans une affaire de cambriolage.

     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play