Polémique autour d'une relève administrative et militaire en provenance de Métropole

coronavirus
gygès, tyueinon et hippolyte
©NC 1ÈRE
Le sénat coutumier et les membres indépendantistes du gouvernement s'opposent à l'arrivée d'un vol affrété par les services de l'Etat, ce dimanche. Christopher Gygès, porte-parole du gouvernement, dit "ne pas avoir eu connaissance de ce vol". Le Haut-commissariat confirme qu'aucun vol n'est prévu. 

180 personnes en provenance de Métropole ?

Ce dimanche 26 avril, un vol en provenance de l'Hexagone et affrété par l'Etat, doit atterrir à la Tontouta avec à son bord, du personnel administratif et des militaires, comme l'annonce les communiqués envoyés par les membres indépendantistes du gouvernement et le sénat coutumier. Au total, quelques 180 personnes seraient attendues. Dans un communiqué envoyé ce jeudi, les membres indépendantistes du gouvernement calédonien indique que cette arrivée s'inscrirait dans "le processus habituel de renouvellement de cette catégorie de fonctionnaires"


Le communiqué des membres indépendantistes du gouvernement à lire ici 


Une arrivée qui ne plaît pas

Dans un communiqué envoyé mercredi, le sénat coutumier dit vouloir s'opposer à l'arrivée prochaine de ce vol.  "Nous considérons que ces personnes viennent du 4ème pays le plus contaminé par le Covid-19 et qui compte 20 000 décès. Le monde coutumier océanien s’oppose à ces arrivées, malgré la promesse d’un confinement strict, au moins jusqu’à la levée du confinement en France" déclare le sénat coutumier.

Écoutez les précisions d'Hippolyte Sinewami-Htamumu, président du sénat coutumier, au micro de Malia-Losa Falelavaki. 
©nouvellecaledonie

Les membres indépendantistes du gouvernement annoncent également leur mécontentement et précisent qu'il est "malvenu que des vols militaires ou même civils fassent entrer des personnes, qui ne seraient pas soumises aux procédures imposées par les autorités sanitaires calédoniennes, de la période précédant l'embarquement jusqu'à la mise en confinement strict"
 

Écoutez Gilbert Tyuienon, vice-président du gouvernement, au micro de Jeannette Peteisi. 

Réaction de Gilbert Tyuienon


"Mauvaises prises en compte" des interrogations

Les membres du sénat coutumier ont fait part de leurs inquiétudes. Ils considèrent en effet une "mauvaise prise en compte" de leurs interrogations et propositions. Les coutumiers rappellent également leur contribution dans l'apaisement des tensions dans les tribus, "au plus fort de la crise". Le communiqué mentionne notamment l'arrêt des violences notamment à Tontouta, le mois dernier. Ils craignent de nouveaux débordements qui seraient "plus difficiles à gérer".

Le communiqué complet à lire ici 


Le porte-parole du gouvernement réagit 

"Je n'ai pas connaissance d'un vol qui arrive dimanche" a annoncé Christopher Gygès, dans le point presse du gouvernement de ce jeudi 23 avril. Il précise par ailleurs que le vol devait arriver il y a un mois. "Il a été décalé pour laisser le temps à la procédure sanitaire de se mettre en place" indique-t-il. Il ajoute que les forces armées et les autorités sanitaires du territoire y travaillent depuis trois semaines, avant d'ajouter : "le vol se fera dans des conditions sanitaires qui sont les mêmes pour tous depuis le début".

Prise de température au départ et à l'arrivée, trois semaines de quarantaine, tests à la sortie de la quarantaine... Christopher Gygès confirme qu'il n'y aura pas de passe-droit sur qui que ce soit. "Ce vol, il faudra qu'il arrive à un moment, pour la sécurité de l'ensemble des Calédoniens" conclut-il. 
 

Le Haut-commissariat dément l'information d'une arrivée ce dimanche 

En fin de soirée ce jeudi, via un communiqué, le Haut-commissariat de la république en Nouvelle-Caldonie se dit "surpris des différents communiqués". Il indique que "cette information est inexacte et aucun vol militaire n'a été confirmé comme devant arriver ces jours-ci sur le territoire" et "s’étonne donc de la teneur des propos de certains responsables parfaitement au fait de ces engagements pris publiquement"

Comme évoqué lors d'un précédent point presse, le Haut-commissaire indique qu'il convient "de prévoir dès à présent les conditions dans lesquelles les relèves programmées des personnels des Forces Armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) et de la Gendarmerie Nationale vont pouvoir se dérouler"
  
Le communiqué mentionne également que des protocoles sanitaires sont en cours d’élaboration entre la DASS de Nouvelle-Calédonie et la Direction interarmées du service de santé des Armées, également en charge de la Gendarmerie. Ces protocoles doivent permettre de confier aux services de santé des Armées une partie des missions de contrôle prévues pendant la période de confinement strict de 21 jours et de ne pas peser sur les capacités de la DASS de Nouvelle-Calédonie quant à l’accueil des résidents en cours de rapatriement selon un plan mis en œuvre par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live