Pourquoi Vale garde une option forte sur le nickel de l’Usine du Sud

transition énergétique
VALE
Siège international du groupe brésilien Vale à Lausanne en Suisse ©Alain Jeannin

Le géant minier brésilien a vendu sa participation dans Vale New Caledonia au consortium Prony Resources New Caledonia, a déclaré la société le mercredi 31 mars. Vale garde une option d’achat non négligeable sur une part de la production de l’usine.

L'accord du 31 mars comprend un montage financier de 1,1 milliard de dollars, dont Vale apportera 555 millions de dollars, selon un document déposé auprès de la commission brésilienne des valeurs mobilières et des échanges, la CVM, et qui a été communiqué à la Bourse de New-York (NYSE) qui réalise la cotation Boursière de Vale. 

La société brésilienne s'est également engagée à assurer le financement du "Pacte pour le développement durable du Grand Sud", a-t-elle ajouté. Selon le mécanisme juridique, les 555 millions de dollars ont ensuite été transférés au profit du consortium Prony Resources. L'argent est le nerf de la guerre et permet le redémarrage de l'Usine du Sud.

La "générosité" de Vale qui, après tout, cède son usine et le grand gisement minier de Goro après y avoir investi au fil du temps plus de 8 milliards de dollars, a toutefois une contrepartie non négligeable. "Vale conservera ses droits d'approvisionnement à long terme sur le nickel (NHC-MHP) produit par Goro Resources", a indiqué la société au Metal Bulletin de Londres. Le deal a fait partie des longues négociations menées depuis mars 2020 par les différents protagonistes. Il était l'une des conditions posée par Vale à l'accompagnement financier de son départ de la Nouvelle-Calédonie.

Cela permettra au groupe brésilien de répondre à la demande croissante de nickel, en particulier de la part de l'industrie des véhicules électriques. La 1ère a appris que Vale conservera une option prioritaire d’achat pouvant aller jusqu’à 30 % du nickel intermédiaire de qualité batterie (NHC-MHP) produit par l’Usine du Sud. Si l’on y ajoute les options prises par Tesla avec Trafigura, la production de l’Usine du Sud, et c’est une bonne chose, est d’ores et déjà commercialisée.

Après plusieurs mois de négociations, je suis heureux que nous ayons conclu notre cession de Vale-NC, au bénéfice des employés, de la Nouvelle-Calédonie et de toutes ses parties prenantes 

Eduardo Bartolomeo, Directeur général de Vale

 

Le complexe hydro métallurgique calédonien a une capacité de production de 60 000 tonnes par an de nickel et de 4 000 tonnes par an de cobalt comme sous-produit non négligeable des batteries, même si le cours a fortement baissé . Il a produit 31 000 tonnes de nickel et 2 197 tonnes de cobalt en 2020.

Le cours du nickel à trois mois sur le London Metal Exchange (LME) s'est établi à 16.070 dollars la tonne jeudi matin à Londres, contre 15.948 dollars la veille, soit une hausse de 1,07 %. Le nickel avait atteint son plus haut niveau en six ans et demi, soit 20.000 dollars la tonne, le 22 février.

"Parallèlement à la poursuite du Pacte, l'accord permet également au projet Lucy de stockage à sec des résidus de se poursuivre", a déclaré mercredi Mark Travers, responsable des métaux de base chez Vale (ex-INCO) Canada à Toronto. Le projet Lucy sera, majoritairement, financé par la France.

Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie
Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie