nouvelle calédonie
info locale

Prix du nickel : inquiétudes sur la relance économique en Chine

nickel
L'usine du Nord
Manager chinois pendant la construction de l'usine du Nord (KNS) en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Les prix du nickel, produit notamment en Nouvelle-Calédonie, étaient en baisse mardi à Londres et à Shanghai, les deux principales places mondiales de cotation des métaux industriels. La réunion au sommet du Parti Communiste interroge sur les mesures de relance économique en Chine. 
 
L'appétit des négociants mondiaux pour les investissements dans les produits de base est provisoirement retombé. L’inquiétude domine les mesures de relance en Chine. Elles pourraient être limitées et insuffisantes pour 2019. Par ailleurs, Pékin n'entend pas dépendre des usines calédoniennes ou australiennes pour ses approvisionnements en nickel de transition énergétique. La grande puissance chinoise va produire du sulfate de nickel d'ici fin 2019 en prévision du boom des véhicules électriques
 

Politique

L'approche plus prudente à l'égard des échanges de métaux (offre et demande) fait suite à la faiblesse importante des marchés boursiers chinois après une réunion au sommet organisée par le Parti communiste à la fin de la semaine dernière. Les décideurs politiques du pays ont déçu les investisseurs qui estiment insuffisant le plan de relance visant à soutenir la croissance économique. Dans un communiqué publié le 19 avril, le bureau politique du PC chinois a déclaré qu'il maintiendrait son soutien politique à l'économie, qui fait toujours face à une "pression à la baisse".
 

Pression

"Le nickel est sous pression, l’offre est stable, mais les prix se heurtent au sentiment négatif du marché. Pékin est moins à l’aise en matière de relance économique. Le doute a gagné les acheteurs financiers et industriels" souligne la note matinale d’Alastair Munro, analyste de Marex Spectron à la Bourse des métaux de Londres. Certains commentateurs ont fait remarquer que l’économie chinoise se heurtait aussi à des problèmes structurels. Ainsi, le grand centre sidérurgique chinois de Tangshan a diminué sa production de 40 %, et donc sa consommation de nickel, conséquence de la campagne du gouvernement en faveur de l’environnement. Autre fait saillant, l'indice du dollar. "La devise américaine est relativement élevée ce qui constitue un obstacle général aux prix des métaux de base" conclut l'expert de Marex Spectron.
 

Exportations nickel (1-2) 2019 / 2018

Les dernières statistiques, pour les deux premiers mois de l'année, du Groupe d'étude international sur le nickel (INSG) publiées ce 23 avril indiquent une diminution de 39,3 % des exportations de minerai de nickel calédonien vers la Chine, mais une hausse de 25,8 % des livraisons au Japon et de 36 % en Corée du Sud. La progression moyenne est de 14,8 % pour les deux premiers mois de 2019 par rapport à la même période de 2018. Concernant un autre tableau, celui des exportations de ferronickel, et pour la même période, une seule donnée est disponible. Les exportations calédoniennes vers le Japon sont en hausse de 21,2 %.

Prix du nickel à trois mois au LME de Londres, mardi 23 avril à 12H30 GMT
12.617 dollars par tonne (5,72 $/Ib) en baisse de 0,32 % et de 2,38 % sur 5 jours.
 
Publicité