Un procédé anti-moustiques 100% local récompensé

dengue
Aedes projet local
Aedes System, société calédonienne qui fabrique des filtres anti-moustiques vient de remporter l’un des quatre prix décernés par Tech4Islands Océanie. Organisé en Polynésie, ce concours récompense des solutions innovantes dans le domaine de l’économie durable.
C’est parmi 189 candidats que la société calédonienne spécialisée dans la lutte antivectorielle s’est démarquée, en Polynésie. Des filtres anti-moustiques développés sur le Caillou, qui ont remporté l’un des quatre prix décernés par Tech4Islands Océanie.
 

Efficacité 

Le principe de ce produit est simple : laisser passer l’eau de pluie, mais empêcher les moustiques de pondre dans les gouttières ou les regards. Un principe développé par cette Start-up calédonienne, basée au Mont-Dore. 
Aedes projet local 2
©Gaël Detcheverry / NCla1ere
 

Ça permet à l’eau de passer complètement et donc ça ne ralentit pas la gouttière, en revanche les moustiques ne peuvent pas venir pondre. C’est un produit dont on a fait tester l’efficacité par l’Institut Pasteur et qui montre une très grande efficacité dans la lutte contre les gîtes larvaires - Cédric Faivre, gérant d’Aedes System

 

Prix décerné

Un outil efficace, écologique et simple à produire, car il suffit de mélanger des pneus recyclés réduits en miettes avec de la résine, puis de mouler le mélange obtenu, avant de bien tasser le tout. 
Aedes projet local 3
Une invention déjà brevetée dans treize pays, qui vient de recevoir l’un des quatre prix décernés cette année, par le Tech4Islands Océanie. Un concours international qui récompense les projets innovants, en faveur de la résilience, l’autosuffisance et le développement durable. À la clé, pas de récompense pécuniaire, mais des soutiens techniques ou encore logistiques et une médiatisation fort utile, afin d’attirer clients et investisseurs.
 

Investissement

On a prévu sur les trois prochaines années d’investir 200 millions de francs cfp. Mais pour réaliser tout cela, on a besoin d’injecter de l’argent frais et on a besoin d’une soixantaine de millions pour se développer. L’enjeu pour nous aujourd’hui, c’est de convaincre un investisseur, qu’il soit local ou international afin de pouvoir accompagner notre développement - Cédric Faivre, gérant d’Aedes System


Des perspectives de développement nombreuses, car plus de la moitié de la population mondiale est exposée au virus transmis par l’Aedes Aegypti.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry :
 
Un procédé anti-moustique récompensé
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live