publicité

Ouvéa a fêté les 100 ans du pasteur Jomessy

Le pasteur Jeno Jomessy a célébré son 100ème anniversaire. Ses proches et sa tribu de Banutr ont organisé une grande fête en son honneur. Plusieurs clans de l’île et des invités de la Grande Terre et de l’église protestante sont venus partager ce moment de joie.

© Malia Noukouan
© Malia Noukouan
  • Malia Noukouan (CM)
  • Publié le
Jeno Jomessy a connu les deux grandes Guerres Mondiale. Il a vécu un siècle d’histoires, d’Histoire. Des souvenirs qu’il continue de raconter à ses enfants et petits enfants : « il revient souvent sur cette période, où cohabitaient Français, Américains, Japonais etc. pendant la Seconde Guerre mondiale », relate le fils cadet, Patrick Jomessy. Une époque marquée par la souffrance, « le traitement n’était pas pareil entre les Français et les Américains » mais Jeno Jomessy avancera avec détermination. « Cica (papa en Iaai) était chef d’une équipe de Japonais à l’époque, il travaillait sur la mine », poursuit le dernier de la fratrie de cinq enfants. « Il a participé aussi à l’ouverture de la transversale La Foa/Canala. »
 
© Malia Noukouan
© Malia Noukouan

Une vie au service des autres et de Dieu

A un moment de sa vie, Jeno Jomessy renonce au monde économique et professionnel pour se consacrer à une vie plus spirituelle, celle de la religion. En 1954, il entre à l’école pastorale de Bethanie, à Lifou, avant d’être nommé pasteur. « Avant cette étape, il a connu maman, Waneux-Hnapano Lanessi, il dit toujours qu’elle a été très importante dans sa vie, un pilier. » Le pasteur Jeno Jomessy enseignera principalement à Lifou et à Ouvéa, quelques fois sur la Grande Terre ou à Maré. Il prendra sa retraite en 1987, mission qu’il achève dans la tribu de Gossanah, juste avant Les événements.
 
© Malia Noukouan
© Malia Noukouan

Une vie dense semée aussi d’embûches

Le pasteur Jeno Jomessy a su trouver l’équilibre entre vie professionnelle, vie spirituelle et responsabilités coutumières. « Je l’admire parce qu’il a réussi à trouver une harmonie entre ces trois mondes », explique son fils. 1918-2018, un siècle riche mais aussi semé d’embuches. « L’amour, c’est toujours ce qui l’a animé, il a toujours essayé d’apaiser les choses. » Un parcours atypique qui inspire aujourd’hui les descendants du pasteur. 
 
 © Malia Noukouan
© Malia Noukouan

Une famille fière de son aïeul

« Tous les messages qu’il délivre suscitent réflexion, on mesure l’ampleur de son travail, de son vécu, il nous dit par là qu’il faut faire des efforts pour avoir ce que l’on veut. », témoigne Patrick. Le petit fils Diess Jomessy renchérit « J’ai grandi avec mon grand-père et aujourd’hui j’éprouve beaucoup de joie de le voir encore parmi nous aujourd’hui. C’est un exemple pour la famille mais aussi pour tout le monde, il a su garder la foi, et même à 100 ans, il continue de travailler dans son champ de bananiers, il débrousse autour de la case, il plante, et toujours avec une telle précision. », sourit-il, « j’ai appris beaucoup de lui. Et peu importe son âge, c'est mon grand-père et je l’admire ». 
© Malia Noukouan
© Malia Noukouan

Ses 100 ans, Jeno Jomessy ne les fait pas, il s’exprime avec clarté et reste toujours actif. « Il a toujours pris soin de lui, il a eu une vie saine », raconte Patrick Jomessy, « Cela nous inspire, nous mais aussi la société, sur notre façon de consommer aujourd’hui, sur notre mode de vie. Il nous dit toujours que c’est bien de paraître beau à l’extérieur, mais il faut surtout soigner son intérieur », conclut le fils cadet. La philosophie de Jeno Jomessy : vivre pleinement aujourd’hui. On ne sait pas de quoi sera fait demain, alors profitons de chaque instant.
Retour en image sur cette journée de fête 
centenaire pasteur Jeno Jomessy Ouvéa

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play