Maré s’adapte face à la pénurie de médecins

santé maré
Maré dispensaire de La Roche
Le dispensaire de La Roche ©Marie-Rose Waia
A Maré, le dispensaire de La Roche ne prend plus de consultations, d'urgences ou d’hospitalisations. Toutes ces prestations de santé sont désormais concentrées à Tadine. La faute à un personnel médical en sous-effectif.
Ce n’est pas nouveau…Qui dit grandes vacances dans l’hexagone, dit difficultés à faire venir des médecins de Métropole. Mais la situation s’est empirée avec l’épidémie de Covid-19 et les arrivées au compte-goutte par avion.
« Actuellement, nous sommes à un médecin pour toute l’île de Maré, et on a un renfort d’Ouvéa et un renfort de Lifou. Sur toute l’île, nous tournons à trois médecins, au lieu de six à sept » explique Angèle Roneice, chef de service de l’action sanitaire aux Iles Loyauté. « On ne peut pas faire en même temps les consultations et en même temps les urgences, c’est très compliqué et même critique ».  
 

Un médecin à Tadine, un infirmier à La Roche

Conséquence : le centre médical de Tadine centralise désormais les consultations, hospitalisations et urgences de toute l’île. Le dispensaire de La Roche, lui, réduit la voilure.
« La Roche est encore ouvert pour tout ce qui est soins externes et soins infirmiers, donc il y a quand même une permanence d’infirmiers sur La Roche, le dispensaire n’est pas complètement fermé » explique Marie-Rose Waïa, directrice de l’Action communautaire et sanitaire des îles. « Si jamais ça nécessite l’intervention d’un médecin, nous avons positionné sur La Roche un ambulancier qui acheminera le patient sur Tadine ».
 

Eviter les comportements à risque 

Cette situation critique devrait durer jusqu’à octobre. Alors, en cette saison des mariages, prudence. La province appelle tous les habitants à éviter les conduites à risques, qui viendraient rajouter une charge à travail à des professionnels de santé « déjà épuisés ».
 

La carte sanitaire à Maré

A l'heure actuelle, il existe à Maré deux centres médicaux, Tadine et La Roche, qui fonctionnaient, jusque-là, de manière autonome.
Et des petits dispensaires de proximité : Pénélo, avec des permanences médecins infirmier et visites à domicile, Hnawayat, qui accueille un cabinet dentaire avec possibilité d’une permanence d’infirmier et Wabao, encore en travaux, qui devrait reprendre du service avant la fin d’année si tout va bien.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live