Avec la mort d’Arthur Maramin, Canala perd une partie de sa mémoire

hommage canala
Arthur Maramin, généalogiste de Canala
©NC la 1ère
Un homme de réconciliation et de dialogue, respecté pour son immense savoir et sa sagesse : très connu en pays Xârâcùù, le vieux Arthur Maramin était la mémoire des clans de la région. L'octogénaire de la tribu de Nonhoué, à Canala, est décédé, ses obsèques ont eu lieu mercredi.

Longue silhouette, traits altiers, Arthur Maramin n’avait pas besoin de se distinguer ou de parler fort pour être écouté. En 2008, chez lui à Canala, il offrait le visage d’un homme de paix et de réconciliation. C’était lors d'une coutume de pardon avec Noël Kabar.

Chemin de pardon

Ce colon chassé en 1988, durant les Evénements, était son vieux camarade. Il était allé le chercher sur l’autre côte, à Boulouparis. Dans ce retour à Canala, Arthur Maramin avait parlé de ses années d’études à Do Neva, de son engagement politique à l’Union calédonienne. Il pouvait aussi converser dans plusieurs langues. Celle de Canala, bien sûr, mais aussi l’ajië, le drehu, le nengone ou le paicî. 

20 août 1988, Arthur Maramin, secrétaire du district de Canala, s'adresse au Premier ministre Michel Rocard.
20 août 1988, Arthur Maramin, secrétaire du district de Canala, s'adresse au Premier ministre Michel Rocard. ©Archives

 

Généalogie

Dans sa tribu de Nonhoué, on l’entendait souvent chanter ses propres compositions. Un homme passerelle, à la mémoire longue. Depuis les années soixante-dix, il scandait les chemins des généalogies des clans Nonmeu me Boara. Souvenirs immémoriaux des noms, des lieux et des alliances.

Mercredi 27 octobre, il a été enterré à Boakaine. Le vieux coutumier a pris sa place dans la longue chaîne des hommes simples, humbles et enracinés. 

Un récit d’Antoine Le Tenneur :  

©nouvellecaledonie