L’avancement au cœur d’un conflit syndical à Hienghène

conflit social hienghène
La revendication posée par les gréviste à l'entrée du service technique / Marguerite Pougoune
La revendication posée par les gréviste à l'entrée du service technique ©Marguerite Poigoune / NC la 1ère
Les agents de l’intersyndicale USTKE-USOENC-CNTP de la mairie de Hienghène, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, sont en grève depuis lundi. Ils dénoncent une mauvaise application de la réforme de la fonction publique concernant l’avancement.

Ce sont les entretiens annuels d’évaluation qui sont au cœur du mouvement de ces employés du service technique, réunis en intersyndical USTKE-USOENC-CNTP. Ces entretiens permettent de valoriser les résultats professionnels ainsi que les efforts fournis par les employés et constituent un outil de référence en matière de proposition d’avancement. Or, selon les grévistes, ceux de février 2021 n’ont pas abouti. Les grévistes regrettent que la mairie ne les aient pas pris en compte, notamment dans le budget 2022. Leur mouvement serait illimité.

Jérémy Dyéo, délégué syndical CNTP, au micro de Marguerite Poigoune

Grève, Hienghène, Jérémy Dyéo

La mairie a, de son côté, précisé que les entretiens annuels d’évaluation sont partie intégrante de la réforme de la fonction publique qui date de mai 2021. Or, selon la mairie, les entretiens annuels d’évaluation des agents de la commune ont été réalisés en février 2021, après la dite réforme et, par ailleurs, que ces entretiens ne constituent pas une référence systématique.