nouvelle calédonie
info locale

Municipales : les enjeux à Koné

élections koné
Mairie de Koné
©Cédrick Wakahugnème
Koné, une commune qui a beaucoup évolué, où la gestion de l'eau est devenue un fait majeur, et où la culture est très vivante. Le tissu associatif y est particulièrement actif. 

Partager et se rencontrer

Ce samedi là à Koné, des conseils de quartiers de la commune organisent un vide-grenier. Et pour mener à bien les opérations, ils ont fait appel à Juanita Chiara. C’est elle qui est à l’initiative des premiers vide-greniers de Koné. 
« C’est un besoin. Je voyais que les gens avaient pas mal de choses qu’ils ne voulaient pas jeter, et que ça pouvait servir pour finir un peu les fins de mois, des fois, c’est assez difficile. Donc j’ai commencé à organiser ces vide-greniers il y a bientôt cinq ans ».
Ce rendez-vous qui anime la commune est devenu incontournable. Désormais, Juanita l’organise aussi dans les tribus, ou au sein même des quartiers.
Louis et Leïla sont présents à chaque vide-grenier. Impossible pour eux de louper l’événement du week-end. «  C’est surtout un partage, et ça met l’ambiance les week-ends » explique Leïla Kaczmar, habitante du village. 
Païta vide-grenier
©NCla1ère
 

Redonner vie à la rivière

Ce jour-là, on se réunit à la maison commune de la tribu de Baco, tribu adjacente à Koné. Les participants viennent rédiger le règlement intérieur et les statuts de leur toute nouvelle association. Elle a à peine un mois. 
« Le nom de l’association, c’est « We a mulip a jiiahot », ce qui veut dire l’eau qui est vivante » explique son président, André Néa. 
Koné rivière
©NCla1ère

Redonner vie à cette rivière, la Koné, où il y a 35 ans, un barrage anti-sel a été installé. Il est sensé limiter l’arrivée d’eau salée lors des marées hautes. Seulement, depuis l’installation, aucun entretien n’a été fait. Alors, les habitants des rives ont créé leur association et demandent à la commune un accompagnement.
« Déjà une bonne gestion de l’eau. C’est pour ça que cette association a été faite, pour avoir un meilleur suivi du barrage anti-sel et de l’entretien de la rivière, des bancs de sable, etc. » explique Nicolas Douay, le vice-président de l’association We a mulip a jiiahot.
Aménager, rassembler et dynamiser la commune, toutes ces associations de quartiers ont le même objectif : donner vie à cette ville océanienne. 
Le reportage de Camille Mosnier et Mathieu Niewanglowski 

 

La carte d’identité de Koné