Mouvement social au centre de formation de Poro

social province nord
Conflit social Poro
©Marguerite Poigoune
Le personnel du Centre de formation aux techniques de la mine et des carrières, de Poro à Houaïlou, a cessé toute activité, ce lundi. En cause : le projet d’exploitation du site « La Française », par la SLN.
 
« Non à l’exploitation de La Française par la SLN » : le personnel du Centre de formation aux techniques de la mine et des carrières (CFTMC) ne veut pas de cette activité sur un site déjà utilisé pour former les jeunes aux métiers de la mine et des carrières. D’après le personnel, des mouvements ont été constatés sur le site depuis quelques jours.

« On a toujours été contre car nous ne pouvons pas faire de la co-activité là où nous sommes. Sur le site La Française, c’est trop petit », indique Gianni Parawi, délégué du personnel. « Pas plus tard que la semaine dernière, on a vu un agent de la SLN monter avec des personnes externes ».

Les formations se déroulent sur deux mois pour 60 à 80 stagiaires. Le site « La Française », propriété de la SLN, est situé sur les hauteurs de Poro. Selon les protestataires, des tribus se trouvent près des versants comme Kamoui, Gouareu et  Paraouyé.

Pour Calvin Nirikani, coutumier, la principale préoccupation est liée à l’environnement. « Si nous sommes parmi les employés du centre, c’est parce qu’ils nous ont fait part de la venue de la SLN. Nous sommes les derniers informés, alors que nous serons les premiers impactés. Nous habitons en bord de mer, donc pour l’exploitation minière c’est non ».

Le personnel dit vouloir protéger l’outil de travail et de formation. En attendant, le travail va reprendre ce mardi matin au centre de formation de Poro.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live