À Poindimié, le nouveau temple de la tribu de Bayes prend forme

religion poindimié
temple bayes poindimié
©Marguerite Poigoune
La tribu de Bayes à Poindimié va avoir son nouveau temple. Le bâtiment prend forme. Les travaux ont commencé en 2018 et ne se déroulent que le lundi.  Cet édifice doit remplacer un temple détruit par un cyclone en 1958, selon les témoignages des habitants.
Ce sont les hommes volontaires de quelques tribus de Poindimié qui participent au chantier. Daniel Oumattu, le diacre de la paroisse de Ouindo, prend le rôle du chef de chantier. Avec des serre-joints et un poste à souder, quelques jeunes sont sur le toit, un autre est sur un escabeau, et le reste de l’équipe, debout sur la dalle en béton.

"Tous les jeunes qui sont là, apprennent sur le chantier. Là on va mettre la peinture, donc ce qu'il nous reste à faire ce sont les enduits et les fenêtres " explique Daniel Oumattu.
temple bayes poindimié
©Marguerite Poigoune

Les travaux se déroulent le lundi, selon le calendrier de la paroisse. La construction du temple a débuté en 2018. Il remplace un bâtiment détruit par un cyclone. "Il a été détruit en 1958 et il y a eu beaucoup de tentatives de reconstruction. On a démoli le temple, comme il était délabré. On a dépensé sept millions et pour avoir du matériel, on a des journées récréatives, des ventes de bougna..." raconte le diacre.
 

La satisfaction des habitants

Des aides ont été données par quelques personnes et entreprises, comme des dons de ciment par exemple. Avec un bâtiment qui prend forme, c’est la satisfaction des paroissiens.
 

Je suis très contente parce que depuis l'ancien temple, il y a eu des tentatives de reconstruction qui n'ont pas abouti. La satisfaction c'est qu'on voit les murs. Les garçons sont déjà au niveau de la charpente.

- Madeleine Dogo, une maman de la tribu de Bayes

 
temple bayes construction
©Marguerite Poigoune

Le temple pourra accueillir près de 80 personnes. Le chantier est prévu de s’achever, dans le courant de cette année, afin d’être opérationnel, l’an prochain.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live