publicité

Tabassé après avoir insulté une petite fille

Trois hommes ont été condamnés ce vendredi pour des violences aggravées contre un quatrième, qu’ils ont roué de coups le 12 février. Une scène violente survenue à Ponérihouen, dans le cadre d’un coup de pêche, après des propos insultants envers une jeune enfant.

© Martine Nollet
© Martine Nollet
  • Malai Noukouan, avec F.T.
  • Publié le
La petite fille a seulement un an, c’est ce qui a provoqué la colère des prévenus. Ce 12 février, les trois mis en cause, la femme de l’un d’eux, leur enfant et la victime se trouvent à la mer, à Ponérihouen. Les quatre hommes ont beaucoup bu. A un moment, la maman change le bébé. Celui qui va être passé à tabac tient alors des propos «déplacés» et «malsains», pour reprendre les termes de la défense. Une remarque grossière à propos du sexe de la petite. 
 

Coups de harpon

La situation dégénère. La mère met une paire de claques à l’indélicat. Les trois autres s’acharnent sur lui: coups de pied, coups de poing. Le père se saisit même d’un harpon, avec lequel il le frappe à trois reprises. La victime réussit à prendre la fuite mais ne sera secourue que le lendemain. C'est sa propre mère qui découvre l’homme, blessé, à quelques mètres de la maison familiale. Il est évacué vers le Médipôle.
 

Avec ou sans regrets

Bilan: 45 jours d’ITT, le thorax perforé, l’omoplate fracturée et de multiples autres séquelles. Ce vendredi matin au tribunal correctionnel, deux des trois prévenus disent ne rien regretter. Mais le père de la petite fille exprime des regrets face aux conséquences de ses actes. Il comparait alors qu’il est détenu pour une autre affaire. 
 

Les réquisitions

Si la défense n’excuse pas une telle violence, elle demande que le contexte, et les insultes proférées contre la fillette, soient pris en compte. Le procureur, lui, dénonce un acharnement: «On ne peut pas tolérer que ça se termine par un déferlement de violence», lance-t-il. Et de requérir contre le père trente-six mois de prison avec sursis, dont douze mois de mise à l’épreuve, et le maintien en détention. Pour les deux autres, il demande dix-huit à vingt-quatre mois avec sursis. 
 

Le verdict

Le tribunal a finalement condamné le père de famille à dix-huit mois d’emprisonnement, avec neuf mois de sursis, mise à l’épreuve et maintien en détention. Ses deux compagnons ont écopé de huit mois avec sursis. 

Sur le même thème

  • justice

    Affaire Deteix: le procès continue

    Les avocats de la défense n'ont pas réussi, ce matin, à faire renvoyer le procès de l'affaire Deteix. Il continue donc à être jugé en appel devant les assises en Nouvelle-Calédonie, avec notamment l'examen de la personnalité d'Aymerick Vakié.

  • justice

    Kouaoua : trois interpellés mis en examen

    Sept personnes avaient été interpellés lundi et mardi dans le cadre des incendies de la Serpentine et du parc d’engins de la SLN. Trois hommes ont été mis en examen ce mercredi par le magistrat instructeur.

  • justice

    Début du procès en appel de l’affaire Deteix

    Un an presque, après sa condamnation à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Jean Pierre Deteix, Aymerick Vakié est à nouveau jugé par la cour d’Assises d’appel de Nouméa. L’audience doit durer 3 jours. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play