nouvelle calédonie
info locale

Droit de retrait au lycée de Pouembout après la réintégration d’un élève violent

faits divers pouembout
Lycée Michel Rocard Pouembout
©Province Nord/Tristan Zannier
Pas de cours ce mardi au lycée Michel Rocard de Pouembout. Les professeurs ont décidé d’exercer leur droit de retrait pour protester contre la réintégration d’un élève qui avait agressé un professeur en août dernier. Un préavis de grève est déposé pour jeudi. 
 
« Dès la rentrée des vacances, cet élève est passé en conseil de discipline, il a été exclu définitivement de l’établissement avec une proposition d’inscription au lycée à Bourail. » explique Pierre Luisi, professeur d’économie-gestion. « Une mesure qui a été acceptée par tout le monde, y compris l’élève qui avait reconnu les faits. »
 

Annulation pour vice de procédure

Pourtant, appel est interjeté et cette exclusion a été annulée pour vice de procédure. 
« C’est un vice mineur dans la procédure, un courrier qui aurait du être envoyé en recommandé et qui a été remis en mains propres » explique Pierre Luisi. « Le vice-rectorat nous a imposé à partir d’hier (lundi) de reprendre cet élève en cours. Donc il se retrouve en face à face avec l’enseignant qu’il a agressé. »
A noter que le professeur a porté plainte contre l’élève agresseur et qu’une procédure judiciaire est donc en cours.
 

Reprise des cours demain

Une première tentative de conciliation a eu lieu ce matin avec le vice-recteur mais sans succès.
Les cours reprendront demain pour ne pas pénaliser les élèves qui préparent le BAC.

[MISE A JOUR]

Préavis de grève pour jeudi

Les professeurs se sont à nouveau réunis en début d’après-midi et après discussion et consultations, ils ont découvert des erreurs légales également du côté du vice-rectorat.
En vertu des textes, ils demandent donc l’annulation pure et simple de la procédure et l’organisation d’un nouveau conseil de discipline.
« On ne veut plus de cet élève » confirme Pierre Luisi qui parle de mauvais exemple pour les autres élèves dans un établissement déjà très difficile. « On passe plus de temps à faire le gendarme qu’à faire cours ».
Les enseignants maintiennent donc leur demande de transfert de l’élève au lycée de Bourail (ce que lui-même et sa famille avaient accepté).
Un préavis de grève a été déposé, il prendra effet à partir de jeudi à 15 h, si les discussions avec le vice-rectorat n’aboutissent pas.
Les professeurs entendent aussi se rapprocher d’autres établissements avec les mêmes problématiques.
 

 

Publicité