Daniel Goa, réélu à la tête de l’Union calédonienne

politique
Capture Daniel Goa conférence de presse comité directeur Union calédonienne (25 avril 2017)
©NC 1ère
Daniel Goa conserve son fauteuil de président de l’Union calédonienne, à l’issue du 51e congrès annuel du parti qui se tenait à Touho Mission ce week-end.
 
La réélection du bureau de l’Union calédonienne a eu lieu dimanche soir à Touho Mission, au terme du 51e congrès du plus vieux parti calédonien.
Sans surprise, Daniel Goa, à la tête de l’UC depuis 2012, a été réélu. Gilbert Tyuiénon prend la première vice-présidence en remplacement de Néko Hnepeune, qui ne souhaitait pas se représenter. Pierre-Chanel Tutugoro conserve le secrétariat général.
 

Retour sur la visite de Lecornu

Lors de l’ouverture du congrès, Daniel Goa est revenu sur sa rencontre, chez lui à Gavac à Hienghène, avec le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, décrit comme « un jeune ministre qui méconnait les dossiers au niveau local ».  
 

Ce gouvernement, à la différence de ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, n’a pas de culture politique calédonienne, au point de sous-estimer, une fois de plus, la responsabilité de l’Etat dans les problèmes que traverse notre société. 

Daniel Goa, lors de son discours d'ouverture



Plus généralement, selon Daniel Goa, c’est tout le gouvernement français qui « à la différence de ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, n’a pas de culture politique calédonienne, au point de sous-estimer, une fois de plus, la responsabilité de l’Etat dans les problèmes que traverse notre société. »
 

Ne rien céder sur Vale

Daniel Goa est aussi intervenu sur le dossier du rachat de l’usine du Sud, réaffirmant le soutien de l’UC au projet Sofinor-Korea Zinc et  soulignant qu’il ne faut rien céder dans ce dossier. Ainsi, pour Daniel Goa, si l’Ican devait appeler à un préalable minier conditionnant toute discussion politique, les militants UC devraient soutenir cet appel.
 

Le 3e référendum « dès que possible »

Dernier point et non des moindres, Daniel Goa est revenu sur la troisième consultation référendaire, qu’il souhaite voir déclencher dès que possible.  Un grand chantier dit-il attend les indépendantistes, de convaincre l’ensemble des citoyens, autres citoyens, dissiper les inquiétudes et rendre le projet de Kanaky plus lisible.