Dix ans déjà d'Ecomusée à Voh

patrimoine voh
Dix ans de l'Ecomusée du café à Voh, José Kabar, torréfaction, 8 août 2020
La torréfaction traditionnelle du café, expliquée à l'Ecomusée. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
L'Ecomusée de Voh a célébré toute la semaine ses dix ans d'existence. Une décennie dédiée au patrimoine local, qui met en valeur une foule de traditions. Plus qu'un lieu de visite, il est devenu au fil des ans un point de rencontre.
«Les plants de ces caféiers ont dix ans maintenant», montre Hélène Neaoutyine, présidente de l'association Patrimoine et histoire de Voh. «Ça a été planté en 2010.» Des pieds d'arabica à l'ombre des arbres de Camale.
 

Des gestes à conserver

Chaque année, les cerises sont récoltées à la main, traitées à l'eau pour enlever la parche - la partie charnue. Les grains sont torréfiés sur place, à l'ancienne, avant tout pour se rappeler des gestes. 
 

On vient souvent voir José [Kabar] avec les petits. Il nous a fait une démonstration de torréfaction, l'autre fois. C'est enrichissant et ça fait des produits locaux !
- Kathy Bonkowski, visiteuse régulière

 

Destination scolaire

Depuis dix ans, des centaines d'écoliers visitent régulièrement l'Ecomusée, à la recherche du goût perdu. 
 

On a appris à savoir planter et faire des cafés. 
- Kylian, écolier de Voh

 
Dix ans de l'Ecomusée du café à Voh, vannerie, 8 août 2020
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

Déclinaisons végétales

L'igname a pris place aussi, à l'Ecomusée. Des billons plantés au soleil par les élèves cohabitent avec l'arabica à l'ombre. Pour cet anniversaire, le végétal est à l'honneur avec la vannerie, la sculpture voire la flûte
 

Ils ont découvert les différentes étapes du café, les plante médicinales qu'ils pourront planter à l'école par la suite. Et une histoire en drehu.
- Laylah Normandon, enseignante à Voh

 

Au village comme en tribu

Le café à Voh a marqué la fois le village et les tribus. Devant leur machine à coudre, des dames se souviennent du temps où cueillir une touque faisait l'argent de poche pour l'internat.
 

L'Ecomusée revit parce qu'il fallait redonner vie au café de la commune, des anciens qui étaient des caféiculteurs, et puis ça nous fait un petit centre de rencontre, aussi. Je sais que personnellement, toutes les semaines, je viens prendre mon petit café à l'écomusée. 
- Françoise Debien, association Patrimoine et histoire de Voh

 
Dix ans de l'Ecomusée du café à Voh, 8 août 2020
©Camille Mosnier / NC la 1ere
 

Lieu d'activité

Marteler l'écorce pour en faire du tapa, chauffer les bambous pour fabriquer des flûtes, découper et coudre du tissu, ou ciseler le bois pour lui donner des formes tout droit sorties de l'imaginaire : autant d'activités qui font de l'Ecomusée un point de rendez-vous régulier à Voh, depuis maintenant dix ans.  

Un reportage de Gilbert Assawa et Camille Mosnier : 
©nouvellecaledonie
 

Apogée

Ouvert en 2010 sur les terres de Gatope, l’Ecomusée porté par l’association Patrimoine et histoire de Voh aura mis toute la semaine à souffler ces dix bougies. Samedi, l'ultime journée de festivités a réuni plusieurs centaines de personnes. A leur menu : exposition de sculptures et de plantes en tout genre, grand repas, spectacle, défilé de mode... Et bien sûr démonstration de torréfaction à l'ancienne, par le directeur de l'Ecomusée, José Kabar.
Réactions de visiteurs au micro de Cédrick Wakahugnème : 

Face à la torréfaction du café

Dix ans de l'Ecomusée du café à Voh, torréfaction, 8 août 2020
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live