nouvelle calédonie
info locale

Les bulbuls toujours dans la ligne de mire

environnement boulouparis
Recherche de bulbul à Port-Ouenghi, novembre 2019
Recherche de bulbul à Port-Ouenghi. ©NC la 1ere
Pycnonotus cafer, alias le bulbul à ventre rouge, sévit depuis plusieurs années en Nouvelle-Calédonie. Une espèce envahissante, qui détruit les cultures et dissémine une flore néfaste pour l’environnement. Régulièrement, des chasseurs s'assurent qu'il n'étend pas sa zone de prédilection.
Voilà trois ans que la fédération de la faune et de la chasse intervient chez des habitants qui ont vu le bulbul à ventre rouge. Le principe : réagir vite pour empêcher l’oiseau de gagner du terrain. Si ce grand nuisible a déjà été aperçu près de Bourail et Voh, son aire de prédilection s’étend principalement du Grand Sud jusqu’à la région de La Foa.
 

Appâté par le chant

Une fois à l'endroit où le volatile a été signalé, il s'agit de l'appâter, avec un enregistrement de son chant. «Etant donné que ce sont des animaux qui sont grégaires, qui vivent ensemble, dès qu'ils entendent leurs congénères appeler, ils viennent voir ce qu'il se passe et s'il y a de la nourriture ou autre», explique Pascal Fort, directeur de la fédération.
 
Chasseur de la fédération, chasse au bulbul, Boulouparis, novembre 2019
©NC la 1ere
 

Envoyés par le CEN

Equipés de carabine à air comprimé et de fusils, les chasseurs sont envoyés par le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle-Calédonie. «C'est la deuxième fois qu'on intervient cette année. Ça ne fait pas beaucoup», souligne le président de la fédération, Pierre Aubé. «C'est une bonne nouvelle pour le reste du territoire : si à Nouméa, c'est une nurserie, ailleurs, ils ne sont plus là. Pratiquement.»  
 

Envahisseur numéro 7

Le bulbul à ventre rouge a été introduit à Nouméa en 1987. Les jardins et vergers sont ses premières victimes. Et bien plus qu’un gros consommateur de fruits charnus, il représente un réel danger pour l’environnement. Au point d'être classé septième parmi les 70 espèces envahissantes en Nouvelle-Calédonie.
 
Affiche sur le bulbul
©NC la 1ere
 

Ensemenceur de miconia

«Il aime bien manger la fameuse graine du miconia, qui est une plante extrêmement envahissante et même dangereuse», rappelle Pierre Aubé. «Il donne la possibilité d'ensemencer cette graine.» Or, «sous le miconia, il n'y a rien qui pousse.» Sans oublier que cette peste végétale :
- a une croissance rapide ;
- n'a pas beaucoup besoin de lumière ;
- produit de très nombreuses graines ;
- et que celles-ci peuvent rester dormantes durant une décennie.
 

Numéro d'alerte

Samedi matin, l'opération menée à Port-Ouenghi, sur la commune de Boulouparis, n'a pas permis de faire mouche. Celles et ceux qui aperçoivent des bulbuls peuvent donner l'alerte au 75 30 69.

Le reportage de Lizzie Carboni et René Molé : 
©nouvellecaledonie
Publicité