Sauvetage en pleines intempéries au parc de la Dumbéa

sauvetage dumbéa
61d623074d06a_124470731-387451485636828-9072389309401676464-n.jpg
Sauvetage de la sécurité civile au pic N'Ga. Archive novembre 2020. ©NC la 1ere
Onze enfants et trois adultes ont été secourus à l'aide d'hélicoptères, mercredi 5 janvier, par la sécurité civile et l'armée. La délicate opération, opérée en bord de rivière, a duré près de huit heures.

La nuit aura été épique pour ce groupe de quatorze personnes dont onze enfants partis dans l’après-midi dans le secteur des Marmites à Dumbéa.

Piégés par les eaux

Un groupe familial a été surpris par la montée des eaux de la Dumbéa. Alertés, les pompiers de la commune et la sécurité civile ont débuté une opération de sauvetage à 17h pour tenter de les mettre à l’abri. "Onze enfants et quatre parents étaient bloqués au niveau du deuxième radier de la promenade des marmites", décrit le commandant Cécile Richard, cheffe des opérations à la sécurité civile.

Une première intervention se déclenche à 17h30. L'hélicoptère de la sécurité civile est engagé et permet l'extraction de six mineurs et d'un adulte. "Quatre sauveteurs ont été déposés à ce moment-là pour apporter du soutien aux personnes restées sur place. L'hélicoptère de la sécurité civile est ensuite rentré à l'aérodrome de Magenta, à 18H30, car il n'est pas équipé pour voler de nuit", poursuit la cheffe des opérations. 

Une vidéo du survol de reconnaissance nous a été transmise par la sécurité civile : 

©nouvellecaledonie

Un Puma déployé

C'est alors que la sécurité civile fait appel à l'armée pour appuyer la suite des opérations. Un hélicoptère Puma, équipé d'un treuil est déployé. Les sept promeneurs restants ainsi que les quatre sauveteurs sont alors évacués en deux temps. L'évacuation aura duré jusqu’à une heure du matin, jeudi 6 janvier. "Tout le monde est sain et sauf", se réjouit le commandant Cécile Richard. Les services de secours et de protection civile appellent à la plus grande vigilance. De fortes pluies sont attendues aujourd'hui alors que les sols sont déjà gorgés d'eau. Les rivières sont donc particulièrement sensibles aux crues. 

Écoutez l'interview du commandant Cécile Richard par Mathieu Ruiz Barraud :