Après Niran, le sauvetage de voilier échoué dans la mangrove

solidarité la foa
Suavetage du voilier échoué Kerzo, à Ouano, mars 2021, cyclone Niran
Le voilier Kerzo une fois extrait de la mangrove. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere

A La Foa comme à Nouméa, les dégâts causés par le cyclone Niran sur les bateaux ont entraîné des élans de solidarité. Six jours après, ce vendredi à Ouano, il s'agissait de tirer d'affaire un voilier empêtré dans la mangrove, et son propriétaire. 

6h30 du matin, le vendredi 12 mars, du côté de Ouano. Six jours après le passage de Niran, le Kerzo s’avère toujours en mauvaise posture. Le voilier est empêtré dans les palétuviers où il a été poussé par les vents violents du cyclone tropical. 

Marée montante

Place au sauvetage. Depuis son hors-bord, Patrick Gardey mène les opérations, engagées à la faveur de la marée montante. «C’était vraiment la force du vent. Le vent est rentré très très fort. Ceux qui ont pu tenir, il n’y en a pas beaucoup», remarque-t-il.

Sauvetage de voilier échoué, Ouano, mars 2021
L'extraction du voilier prendra plus d'une heure et demi. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere

 

La quille dans la vase

L’intervention est délicate, et minutieuse. La quille du bateau est plantée dans la vase. Trois embarcations tirent le navire, accompagnées de cinq annexes à la manœuvre pour les aiguiller. «Il était au fond de la baie et avec sa quille à ailettes, bien planté au fond de la vase», décrit Patrick Gardey. «On s’est bien coordonnés, avec ses amis qui sont arrivés de Nouméa, pour nous guider et le sortir.»

Ecoutez le reportage de Cédrick Wakahugnème :  

Sauvetage de voilier échoué


Resté à bord

Le travail va durer plus d’une heure et demie. Petit à petit, le voilier se dégage. Son propriétaire, c’est Roger Morice. Et le septuagénaire a passé les derniers jours à bord. Epuisé, il retrouve enfin le plaisir d’accoster sur la zone de mouillage de Ouano.

Sauvetage de voilier échoué, Ouano, mars 2021
Roger Morice a refusé de quitter son bord, même gîté à 45°. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere

 

«Ma vie entière»

«Ce n’était pas facile, effectivement. Je n’ai pas voulu laisser le bateau, mais c’est ma vie entière», confie-t-il. «Maintenant, j’ai le ménage à faire. Le bateau était gîté à 45°, beaucoup de choses sont tombées à l’intérieur. Et puis un petit peu de repos !»

Pas le seul

Une histoire qui se termine bien. Le Kerzo n’est pas le seul navire auquel il a fallu porter secours. Les bénévoles de La Foa ont dégagé cette semaine au moins trois autres voiliers, échoués dans la mangrove. Sans parler des navires coulés, endommagés et drossés par Niran du côté de Nouméa.

Un tout petit aperçu du méchant coup d'Ouest qui a conclu le phénomène :

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live