publicité

Hypermarchés de Ducos et Païta: le groupe Ballande réagit

Dans le dossier des Hyper U en projet à Ducos et à Païta, le groupe Ballande ne s’avoue pas battu, après l’annulation des autorisations d’ouverture par la cour administrative d’appel de Paris.

Hubert Bantegny, directeur général de Ballande. © NC la 1ere
© NC la 1ere Hubert Bantegny, directeur général de Ballande.
  • Angélique Souche, avec F.T.
  • Publié le
Pour le groupe Ballande, cette décision de justice représente une péripétie de plus, et pas de quoi remettre en cause les projets qu’il porte. Pour rappel, en fin de semaine dernière, on apprenait que les autorisations d’ouverture accordées en 2016 aux hypermarchés de l’anse Uaré, à Nouméa, et de Païta Sud, étaient annulées. 
  

Question «d'impartialité»

Une annulation décidée par la cour administrative d’appel de Paris: la juridiction a estimé qu’en signant seul ces arrêtés, le président du gouvernement, Philippe Germain, a méconnu le principe d’impartialité. Celui-ci a déjà fait savoir «son incompréhension et sa décision de se pourvoir en cassation».
 

Place à l'autorité de la concurrence

«La prochaine autorisation sera donnée par l’autorité de la concurrence qui a, elle, la possibilité de le faire», a réagi à son tour le directeur général de Ballande, ce mardi après-midi. «Nous allons devoir changer notre axe de demande, concède Hubert Bantegny: de la DAE au gouvernement, nous allons passer à l’autorité de la  concurrence, qui va devoir réétudier ce dossier dans les formes où on le présentera. Mais ça peut aller, d’après ce qu’on a compris, assez vite.» 
Hubert Bantegny au micro d'Angélique Souche et Carawiane Carawiane.
HYPER U: REACTION DU GROUPE BALLANDE
 

Nouvelle instruction à l'horizon

L’autorité de la concurrence a en tout cas fait savoir que «dans l’hypothèse où le groupe Ballande déposerait de nouvelles demandes d’autorisations de tels hypermarchés, ces dossiers seront instruits de manière indépendante selon les procédures en vigueur et pourraient donner lieu à autorisation, sous engagement, si les conditions étaient réunies.»
 

Le groupe Ballande est sur le territoire depuis cent-cinquante ans, on n’est pas à deux ans près.

 

«Un obstacle mis sur notre chemin»

«C’est un obstacle qui a été mis sur notre chemin par un certain nombre de concurrents, qui veulent mettre du temps pour bénéficier de l’avantage de la non-concurrence», décrypte encore le dirigeant. «Mais on y arrivera: le groupe Ballande est sur le territoire depuis cent-cinquante ans, on n’est pas à deux ans près.» 
 

«Coût d'immobilisation»

Et quid des conséquences financières de cette annulation? «Il y a dix milliards d’investissement, confirme Hubert Bantegny. Les travaux ont commencé sur les deux sites, déjà depuis plusieurs mois. Nous allons devoir les stopper momentanément. Mais le coût sera plutôt d’immobilisation que de non-exploitation. Les travaux en eux-mêmes ne vont pas augmenter de prix parce qu’on les décale de six ou huit mois.» 
 

«Le principe de la concurrence»

«On va perdre du temps d’exploitation, poursuit-il. Mais c’est le principe de la concurrence. Le groupe Carrefour, en l’occurrence, a tout fait pour bénéficier de l’avantage du monopole, ou quasi monopole, qu’il a sur le territoire.» Le nouveau calendrier prévoit une ouverture de l’Hyper U de Païta, par exemple, au mieux pour le début 2021.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play