publicité

Restriction de carburant: l'île des Pins tourne au ralenti

L'activité économique roule au pas, sur l’île des Pins. Le carburant est rationné depuis une semaine, afin de tenir jusqu’au prochain ravitaillement qui n’est pas attendu avant le samedi 30 mars.

© NC la 1ere
© NC la 1ere
  • Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel, avec F.T.
  • Publié le
Des navettes qui récupèrent les touristes à l’aérodrome de l’île des Pins… Une image plutôt banale. Sauf que ces navettes n’ont droit qu’à quinze litres par jour à la pompe à essence. Une restriction de carburant qui oblige les chauffeurs faire plus attention.
 

«Les touristes râlent, mais...»

«Concernant le travail, on est obligés de réduire», confirme Joseph Koteureu, chauffeur de transport touristique. «Et encore, heureusement que le patron a des fûts en réserve au cas où. Sinon, on réduit l’effectif des cars. Les touristes râlent, mais ce n’est pas notre faute, on essaie de faire avec.» Pour les habitants, cette restriction semble avoir moins de conséquences. «2000 F, ça va encore, relativise un Kunié. On arrive à tenir. L’île est petite, alors on a de petites distances à faire.»
 

Plus livrés depuis le 26 février

La dernière livraison de carburant remonte au 26 février. D’habitude, la station-service est livrée tous les quinze jours. La raison: une panne du navire qui achemine les hydrocarbures. «Actuellement, on est à plus de 60% de perte du chiffre d’affaires», alerte Franck Lormel, gérant de la station-service de Kuto. «Ça impacte toute la population, la population se déplace au minimum. Au niveau économie, c’est catastrophique.»
 

Ravitaillement au Mont-Dore

Les plus touchés par ces restrictions s'avèrent les professionnels de la mer. Comme la société Mana excursion. Des professionnels qui s’organisent pour faire face à la pénurie. «On a été obligés de redescendre vers le Mont-Dore il y a deux jours de ça», décrit Nolween Vakume, pilote de navette maritime. «Pour ravitailler, ramener du carburant.»
 

Sentiment d'abandon

Les habitants se sentent oubliés. «L'Etat et le gouvernement ne peuvent pas nous aider à trouver une solution pour amener le carburant sur l’île des Pins?», s'étonne Mickaël Tikouré, du comité pour le développement économique de Kunié. «Ils peuvent le faire. Pourquoi ils ne le font pas?»
Les habitants doivent encore patienter quelques jours: la prochaine livraison de carburant est prévue le 30 mars. 
Le reportage de Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel.
RESTRICTION CARBURANTS
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play