Le double féminicide du Vallon-Dore aux assises ce mardi

justice nouméa
Salle des Assises
Salle des Assises de Nouvelle-Calédonie ©Laura Schintu / NC la 1ère
C’est l'une des rares affaires ouvertes au public, durant cette deuxième session d’assises de l’année. Le 3 janvier 2021, une mère et sa fille étaient tuées par balle au Mont-Dore par le petit ami de l'adolescente. L'accusé, âgé de 19 ans au moment des faits, s’était rendu de lui-même aux gendarmes.

C'est un drame qui avait choqué toute la Calédonie. Cet après-midi du dimanche 3 janvier 2021, dans le quartier du Vallon-Dore, un jeune homme "qui venait d'être papa depuis quinze jours, a(vait) abattu sa belle-mère et, dans des circonstances qui sont un peu particulières, sa compagne", à l'aide d'un fusil de chasse de calibre 12, rappelle Christian Pasta, l'avocat général. Le suspect avait alors 19 ans. Il s'était rendu aussitôt aux gendarmes et avait reconnu les faits, en évoquant un contexte de "fortes rancoeurs familiales". 

Double féminicide
La mémoire des deux mondoriennes a été honorée jusqu'à Paris, par des collages autour de la Maison de la Nouvelle-Calédonie. ©La 1ère

Meurtre ou homicide involontaire ?

Accusé de meurtre, avec la circonstance aggravante d'avoir été commis "par une personne ayant été conjoint ou concubin de la victime", le jeune homme encourt la perpétuité.

Mais le dossier sera difficile, selon l’avocat général. Pas sur le premier tir, qui a tué Cindy, la maman âgée de 40 ans, mais sur le second, qui a atteint sa fille Ashley, seulement âgée de 16 ans. Ces deuxièmes faits pourraient être requalifiés en homicide involontaire. Ce qui est passible d’une peine de 3 ans de prison.

Contrairement à la plupart des procès de cette deuxième session d'assises de l'année, cette audience ne se déroule pas à huis-clos. Le verdict est attendu mercredi, voire jeudi matin, au plus tard.

Les précisions de Christian Pasta, avocat général à la cour d'appel de Nouméa

ITW Christian Pasta