publicité

Nos ancêtres les bagnards...

Leurs aïeux sont arrivés en Calédonie par la voie du bagne. Des origines qui ne représentent plus le tabou d’autrefois. Ce samedi, 200 de ces descendants ont participé à la journée de rencontre et d’échange proposée à Fort-Teremba par l’association Témoignage d’un passé.

Au moins 80 familles ont participé à cette nouvelle édition. © NC la 1ère / Laura Schintu
© NC la 1ère / Laura Schintu Au moins 80 familles ont participé à cette nouvelle édition.
  • Rédactions de NC la 1ère, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
«Je voulais savoir où se trouvait la concession de mon aïeul bagnard», explique Virginie Laigret. Elle fait partie des 200 Calédoniens rassemblés samedi à Moindou par Témoignage d’un passé, mais aussi l’association Marguerite. Une journée à Fort-Teremba entièrement pensée pour les familles liées au bagne.

«Les langues se délient»

Elles étaient au moins 80 à être représentées. Pour beaucoup de ces participants, connaître son passé permet d’avancer dans l’avenir. «Mes ancêtres sont les Grimini, les Flotat, signale une descendante de bagnard. C’est important de savoir d’où l’on vient et de connaître son histoire parce que finalement, on n’en parlait pas. C’était tabou. Et puis tout doucement, les langues se délient.»
Le reportage audio de Jeannette Peteisi.
«On recherche les origines de notre famille»

Récits de femmes

Au programme: pique-nique en commun, jeux, prises de parole, recherche d’informations familiales dans les banques de données, mais aussi la lecture de récits laissés par des femmes liées bagne. «Je connaissais les grandes lignes, mais j’ai appris pas mal de choses», reconnaît Jean-Pierre Paladini, qui explique être venu pour sa petite-fille.
Le reportage télé de Laura Schintu et Claude Lindor.
BAGNE RASSEMBLEMENT FAMILLES

L’invitée

Le soir-même, la directrice des sites historiques de l'île Nou pour Témoignage d’un passé était l’invitée du JT. Avec Dave Waheo-Hnasson, Emmanuelle Eriale a évoqué cette journée «forte en échanges et en émotions». Un rendez-vous annuel qui poursuit trois objectifs, a-t-elle développé: «Le premier, c'est bien sur de sensibiliser les familles liées à l'histoire du bagne. C'est aussi de leur donner un moment, un espace dans l'année, où [elles] puissent échanger, s'exprimer, rendre hommage à leurs ancêtres. Et notre dernier objectif, c'est de sensibiliser les élus à cette thématique. L'histoire du bagne a sa place dans l'histoire calédonienne.»
Voici l'intégralité de l'entretien.
EMMANUELLE_ERIALE

Bourail 2019?

La prochaine édition de cette journée autour du bagne en héritage pourrait avoir lieu à Néméara, sur la commune de Bourail. Cela coïnciderait avec le cinquantième anniversaire de l’association des Arabes et des amis des Arabes de Nouvelle-Calédonie. Elle pourrait être axée sur les enfants du bagne.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play