Le Mont-Dore sud organise sa surveillance

société mont-dore
Citoyen mondorien sécurité
©Claude Lindor / NC la 1ère

Abandonnés et excédés. Ainsi se décrivent les Calédoniens du Sud Mont-Dore. Intimidations, vols, exactions sont leur quotidien affirment-ils. Alors, pour pallier le manque d’effectif de forces de l’ordre, l’association Citoyen mondorien organise la surveillance des quartiers. 

 

[MàJ avec interview d'Eddy Lecourieux]

A 18h hier soir, la maison des Communautés du Vallon Dore a vu près de 300 personnes se réunir. Des riverains, des voisins, des habitants excédés par l’insécurité qu’ils expliquent vivre au quotidien depuis plusieurs mois. « Il ne fait pas bon vivre au Mont-Dore, c’est une certitude », affirmait Myriam, venue assister à la réunion. 

Citoyen mondorien sécurité
©Claude Lindor / NC la 1ère

Inquiétude constante 

La famille s’était pourtant installée sur la commune avec l’intention d’y vivre sereinement. Mais depuis quelques mois, l’atmosphère a changé et Myriam s’inquiète pour ses enfants, de jeunes adultes actifs et autonomes. « Mon fil a 27 ans. Il a des astreintes une fois par mois et peut être appelé à toute heure pour son travail. Avec l’angoisse de parents qui attendent de recevoir le petit message "ça y est bien passé "… » 

Carcasses et cailloux

Depuis début décembre, c’est le passage aux abords de la tribu de Saint-Louis qui inquiète, cette portion de route bordée d’une trentaine de carcasses de voitures et, par endroit, de gros cailloux. La fille de Myriam, âgée de 25 ans, poursuit sa formation professionnelle sur Nouméa. Elle qui rentrait tous les soirs voilà quelques mois, ne revient plus au Mont-Dore que le week-end. 

Citoyen mondorien sécurité
Véhicule brûlé sur la route de Saint-Louis au Mont-Dore, le 5 février 2021 ©Françoise Tromeur / NC la 1ère

Désabusés et excédés

Les témoignages ne manquent pas. Ils traduisent le désarroi et l’inquiétude d’une partie de la population comme cet habitant de La Coulée. « On en a absolument ras-le-bol de vivre comme ça… ». Avec la crainte d'un dérapage incontrôlé, comme le drame qui s'est joué à Port Ouenghi la semaine dernière. Depuis trois ans maintenant, ce riverain participe à des rondes nocturnes pour surveiller et alerter en cas de vol ou de menace sur les biens des habitants. 

Rondes de surveillance

C’est bien ce dispositif que l’association Citoyen mondorien souhaiterait développer. « Une des solutions c’est d’organiser des rondes la nuit entre voisins, entre quartiers, de s’organiser pour faire de la présence tout simplement », explique Florent Perrin, le président de l’association. Un dispositif qu’il souhaite aussi clairement inscrire dans un cadre de surveillance légale, non armée et sans aller au contact de potentiels voleurs. 

Multiplier les yeux attentifs

L’ambition est bien de multiplier les yeux, de faire fuir les individus mal intentionnés par de la présence et d'avertir les gendarmes si besoin. Pour Fred et l’association de quartier Le Grand Bleu, de la solidarité et des outils inoffensifs mais efficaces suffisent : cornes de brume et talkies-walkies. 


Ecoutez le témoignage de Frédéric au micro d’Anne-Claire Lévêque : 

Citoyen mondorien Fred

Lettre aux politiques

En plus de recruter de nouveaux voisins, l’association a proposé aux participants de signer une lettre destinée aux responsables politiques calédoniens et nationaux, jusqu’au président de la République. Un riverain a également suggéré de porter plainte contre l’Etat pour inaction au Mont-Dore Sud. Une idée que l’association pourrait tenter de mettre en œuvre. 

Citoyen mondorien sécurité lettre 1
©Anne-Claire Lévêque / NC la 1ère
Citoyen mondorien sécurité lettre 2
©Anne-Claire Lévêque / NC la 1ère

 

Le reportage de Laurence Pourtau et Claude Lindor :

 

Invité du JT du mercredi 10 février 2021, Eddy Lecourieux, le maire du Mont-Dore, répond à Loreleï Aubry : 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live