Environnement : vingt ans de sentier sous-marin à l’île aux Canards

écologie nouméa
Poisson sur le sentier sous-marin de l'île aux Canards
Rencontre sur le sentier sous-marin. ©Visuel de promotion de l'Île aux Canards
Il fait son chemin depuis 2001 : le sentier sous-marin aménagé à Nouméa sur le pourtour de l'île aux Canards célèbre ses vingt ans, rythmés par la préservation de la biodiversité marine.

Il revendique près de 300 espèces de coraux, plus de 200 espèces de poissons et de nombreuses tortues. A quelques encablures de l'Anse-Vata et la Baie-des-Citrons, le sentier sous-marin de l’île aux Canards fourmille d’espèces marines. Longueur : 400 mètres. Profondeur : deux à sept mètres. Le parcours est balisé par cinq bouées numérotées et des panneaux sous l'eau. Une découverte en immersion qui se fait en une demi-heure… à cinq minutes de la ville. 

Suivi biologique

Cet écrin singulier de biodiversité célèbre son vingtième aniversaire. "Il y a vingt ans, quand on a dit : 'On ouvre le sentier sous-marin', on savait déjà qu'il fallait faire un suivi, pour surveiller de près", relate Vincent Cornuet, membre fondateur. "Chaque bénévole remplit une fiche de suivi qui relate l'état biologique du sentier. Il y a eu des périodes de dégradation, de phénomène naturels, le blanchissement, par exemple, de coraux."

Visuel du sentier sous-marin
©CIE

Toute une équipe de bénévoles

Une cinquantaine de bénévoles se relaient sur site chaque année, pour au total plus de 200 permanences. Les week-ends et la semaine en période estivale, ils réalisent deux plongées d’observation par jour. "On observe des tortues marines, on observe un petit peu tout ce qui est poissons remarquables comme les napoléons. On répertorie aussi les serpents marins", décrit David Fèvre, référent des adhérents bénévoles pour le sentier sous-marin. 

Une étude a été faite à partir de nos fiches de suivi. On a pu voir un déclin du serpent gobeur d'œufs sur le sentier dans sa première dizaine d'années. Aujourd'hui, on arrive à en revoir. On a l'impression que ça a quand même bien marché, cette réserve naturelle.

David Fèvre, référent des bénévoles

 

Bientôt à l'îlot Maître ?

Une initiative en faveur de la conservation des milieux naturels qui semble porter ses fruits. Le Centre d’initiation à l’environnement pourrait d’ailleurs, à l’horizon 2022, créer un sentier sous-marin du côté de l’îlot Maître.

Pour célébrer ce vingtième anniversaire, chaque samedi de novembre, des ateliers autour des coraux et des espèces marines sont animés sur place.