Les gendarmes de Calédonie changent de patron

sécurité nouméa
Départ du général Marietti, patron de la gendarmerie en Calédonie, 8 juillet 2021
Le général Marietti quitte la Calédonie pour une affectation en région parisienne qui reste à préciser. ©Loreleï Aubry / NC la 1ere
A la tête de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie depuis septembre 2017, le général de division Christophe Marietti cède sa place à son commandant en second, le colonel Eric Steiger. La passation a eu lieu ce jeudi à Nouméa.

Le colonel Eric Steiger passe "comgend". Et il ne découvre pas la Calédonie puisque le nouveau commandant des gendarmes sur le Caillou était jusqu’alors le second du général Marietti. La transmission du flambeau a eu lieu ce jeudi 8 juillet, place Bir-Hakeim. Une cérémonie militaire présidée par le haut-commissaire Patrice Faure, en présence d’élus représentant les différentes institutions. 

Comgend, commandant de la gendarmerie, le colonel Eric Steiger, 8 juillet 2021, Nouméa
Le colonel Steiger lors de la cérémonie qui a eu lieu jeudi 8 juillet, place Bir-Hakeim. ©Gendarmerie nationale


L'invité du JT

"La gendarmerie a eu l’intelligence d’affecter un commandant en second qui prendrait le relais", commentait Christophe Marietti la veille, sur le plateau de NC la 1ere dont il était l’invité du JT. 
Son entretien avec Thérèse Waïa :

 

Il y a eu plusieurs situations où tout aurait pu basculer. On a affaire à des personnels d’un grand sang-froid, on a toujours pu ramener le calme. Je n’ai jamais eu le sentiment que la situation était perdue. Il y a toujours ce sursaut d’intelligence, de toutes parts, pour qu’à un moment donné, les choses se calment.

Général de division Christophe Marietti, "comgend" sur le départ

 

Près de quatre années bien chargées

L’occasion de dresser le bilan d’un séjour qui aura duré près de trois ans et neuf mois, depuis septembre 2017, à l’échelle de la Calédonie mais aussi de Wallis et Futuna.

Et ça n’a pas été de tout repos : la visite présidentielle d’Emmanuel Macron en mai 2018, les consultations référendaires de novembre 2018 et octobre 2020, les troubles importants durant la cession de l’usine du Sud fin 2020-début 2021, les violences à Belep et à Maré ou encore les deux confinements. Sans oublier ses objectifs affichés de combattre la délinquance, lutter contre les violences intra-familiales et renforcer la sécurité routière.

Récit de Caroline Antic-Martin :