Un buste du général de Gaulle dévoilé à Nouméa

commémorations
Le buste du général dévoilé
©Loreleï Aubry
Hommage au général de Gaulle ce samedi, à Nouméa, avec l’inauguration d’un buste à son effigie. Une cérémonie qui intervenait à l’occasion du 80e anniversaire du ralliement de la Nouvelle-Calédonie à la France Libre.
C’est sous les applaudissements de plusieurs dizaines de personnes que la statue en bronze du général de Gaulle a été dévoilée baie de l’Orphelinat à Nouméa.
Ce buste de 30 kg, réalisé en Métropole pour un coût de plus d’un million de francs, a été financé en majeure partie par l’Association pour la mémoire du gaullisme en Nouvelle-Calédonie. Une sculpture dédiée au 80e anniversaire de l’engagement du Caillou dans la guerre aux côtés du général.
 « Comme ça a été souligné dans les nombreux discours, c’est un acte très important pour la libération de la France. Ça a été souligné dans les discours aujourd’hui mais surtout au travers des nombreuses déclarations du général de gaulle, notamment lors de ses deux visites ici en Nouvelle-Calédonie », explique Eric Meunier, membre de l’association.
 

Soutien calédonien au général

De son côté, cette autre membre, souligne l’importance du soutien des Calédoniens au général de Gaulle : « On parle des combattants mais il faut parler aussi de la population calédonienne qui s’est associée à cet effort de guerre on va dire, parce que même éloignés de la métropole ils ont travaillé, envoyé des colis, soutenu leurs compatriotes et ils ont soutenu la France quelque part », insiste ainsi Simone Mignard.

Un rappel d’une histoire commune qui prend une résonnance particulière en pleine période référendaire. Si l’évènement se veut apolitique, il rassemble essentiellement des partisans d’une Calédonie française.  « Notre papa était ancien combattant, c’était tout à fait normal qu’on vienne en famille pour représenter mon père.  On ne peut pas oublier le drapeau bleu blanc rouge, hein. Et puis on ne l’oubliera jamais d’ailleurs. Parce que si on est là c’est grâce au petit drapeau là », raconte ainsi Louis Viratelle.
Un enthousiasme patriotique qui s’est conclu sur le fameux chant des partisans, interprété par des élèves de l’école Paul-Boyer.
 
Le reportage de Loreleï Aubry, Cédric Michaut :
©nouvellecaledonie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live