Usine du Sud : une table ronde de plus de sept heures, nouvelle réunion jeudi

nickel nouméa
Table ronde nickel, 1er décembre 2020
Parmi les participants, Pierre Chanel Tutugoro, Philippe Michel ou André Vama. ©Stéphanie Chenais / NC la 1ere
Représentants de l'Etat, politiques, direction de Vale Nouvelle-Calédonie, Ican ou coutumiers ont participé mardi, au haut-commissariat, à une première table ronde sur le nickel et notamment l'usine du Sud. Sept heures d'une réunion qui sera suivie d'une autre jeudi.
21h50, ce mardi, le convoi de véhicules passe le portail du haut-commissariat. Les différents protagonistes de la table ronde partent rapidement, l'air épuisés. Virginie Ruffenach, cheffe de groupe Avenir en confiance au Congrès, glisse quelques phrases. Les autres personnalités loyalistes s'éloignent sans un mot. Philippe Gomès, lui, a quitté en trombe la réunion une vingtaine de minutes plus tôt.
 
Table ronde, sortie de Thierry Santa, 1er décembre 2020
Thierry Santa, président du gouvernement, quitte le haut-commissariat. ©NC la 1ere
 

Nouvelle table ronde

Une réunion commencée à 14h30. Et qui ne sera pas la seule, annonce Raphaël Mapou, le porte-parole de l'Ican, en sortant à pied du haussariat. «L’assemblée a accepté, le haut-commissaire a accepté, de convoquer une nouvelle réunion jeudi, pour une nouvelle table ronde», explique-t-il. «Et il y aura la présentation des deux projets : le projet «Trafigura- Prony Resources» et le projet Sofinor-Korea Zinc.»
 

Banque Rothschild

Sept heures de discussions, marquées notamment par l’intervention de la banque Rothschild. Par visioconférence, son représentant a apporté des précisions sur la situation. Notamment sur la façon dont les différents projets ont été analysés et évalués, depuis l’ouverture de l’appel d’offre international pour la cession de l'usine du Sud. 
 

UC-FLNKS : «On reste sur notre positionnement»

La présentation semble ne pas avoir convaincu le chef de groupe de l’UC-FLNKS et Nationalistes. «C’était limite, parce qu’il a quand même cité des dossiers», lâche Pierre-Chanel Tutugoro. «Mais on avait besoin de ça pour pouvoir lever des suspicions. On reste quand même sur le positionnement qu’on avait. On souhaite que le projet que nous soutenons, à travers le consortium Korea Zinc - Sofinor puisse avoir la chance d’être affiné.» 
 

La veille de l'échéance

Deuxième round ce jeudi 3 décembre. Sachant que le 4 doit marquer la fin de la période de négociations exclusives entre le groupe Vale et le Suisse Trafigura.

Le récit d’une longue journée, par Cédrick Wakahugnème :

Compte-rendu de la table ronde

 

Parmi les participants

Participaient également le haut-commissaire Laurent Prévost ; Sonia Backès la présidente de la province Sud ; Roch Wamytan le président du Congrès ; Didier Ventura ou Bernard Elie pour Vale NC ; les sénateurs Pierre Frogier et Gérard Poadja ; le député Philippe Dunoyer ; les maires de Yaté, du Mont-Dore et de l'île des Pins ; John Tindao président de l’aire Drubea-Kapumë... (liste ici).
 

Suivie par les manifestants

Cette table ronde a été suivie à distance par les membres du collectif «usine pays» et de l’Ican, rassemblés sur le rond-point de Belle-Vie et aux alentours. Dans le cadre d'une mobilisation accentuée, en parallèle de la réunion, ils s'étaient disposés avec banderoles et drapeaux.

Le plateau de Stéphanie Chenais et Carawiane Carawiane, au JT :
 

Préavis de grève

Par ailleurs, l'USTKE a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductibles :
  • «sur l'ensemble des mines», à compter de minuit dans la nuit de mardi à mercredi ;
  • et «sur l'ensemble du secteur privé interprofessionnel», à partir de la nuit de mercredi à jeudi, toujours à minuit. 
Dossier usine du Sud, mobilisation sur le rond-point de Belle-Vie, 1er décembre 2020
©Gonzague de la Bourdonnaye / NC la 1ere