publicité

Promosud menacée de rupture

Le bras armé de la province Sud serait au bord de la cessation de paiement, c'est le sens des conclusions du rapport de la Chambre territoriale des comptes consacré à Promosud sur la période 2013- 2016. La CTC établit pas moins de 18 recommandations et 2 rappels d’obligation juridique.

La Cour des Comptes épingle Promosud © NC La1ère
© NC La1ère La Cour des Comptes épingle Promosud
  • Angélique Souche (M.N)
  • Publié le , mis à jour le
La Chambre territoriale des comptes dénonce un manque de transparence dans la prise de décision tout d’abord. La vigie des finances publiques déplore que la société Promosud engage sa participation selon des critères aléatoires, et non objectifs. Selon ses observations, le peu de règles définies n’est pas respecté, à l’image de la durée des interventions, fixée à cinq ans, qui atteint le double dans les faits. Et pour cause les projets aidés – dans l’hôtellerie, l’aquaculture, le transport ou encore les énergies renouvelables- peinent à être rentables. Et les sommes en jeu sont colossales : sur la période étudiée (2013 à 2016), Promosud était présente au capital d’une soixantaine de sociétés pour un montant de 12 milliards de francs CFP. Pour rappel, Promosud est une société d’économie mixte qui a pour vocation de soutenir le développement économique et touristique.
 

Promosud au bord de la cessation de paiement

La situation financière de Promosud se dégrade, victime à la fois de l’incapacité des projets aidés à rembourser l’avance qui leur a été faite – la chambre territoriale des comptes évalue le taux de recouvrement à 56%  des sommes engagées – mais victime aussi du tarissement de la source des dividendes autrefois alimentée par le nickel et les casinos. Résultat : Promosud est au bord de la cessation de paiement. Le rapport pointe la fonte inexorable de sa trésorerie et avec elle de sa capacité de financement. Une trésorerie de plus d’un milliard et demi en 2016, qui deviendrait négative en 2019, pour atteindre un déficit de 4 milliards de francs en 2025.  Une fuite vers l’avant qui « fait courir un risque majeur pour l’actionnaire principal », à savoir la province Sud.
 

Un rapport annuel d’activité devra être rédigé

La CTC dénonce aussi un manque de transparence en aval, et déplore l’absence d’évaluation de cette intervention publique. Selon elle, impossible à ce jour de savoir combien d’emplois et quelle richesse a été créé directement grâce à l’intervention de Promosud. La chambre recommande de toute urgence la rédaction systématique d’un rapport d’activité annuel, ainsi que la mise en place d’un Comité d’investissement composé de représentants de la collectivité mais aussi du monde économique et en particulier des banques, afin de rationaliser les investissements.
 

La société Promosud se veut rassurante

Pour le directeur général, Michel Lasnier, il n’y a pas péril en la demeure, c’est une question de temps, mais la société a les ressources nécessaires pour retrouver l’équilibre à l’horizon 2022. Michel Lasnier admet que la conjoncture nécessite une politique d’investissement prudente et explique avoir déjà pris des mesures de recouvrement pour améliorer la trésorerie de Promosud.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play