La municipalité de Sarraméa dans la tourmente

politique sarraméa
Mairie de Sarraméa
Mairie de Sarraméa
Après Bourail la semaine dernière, la chute d’un autre conseil municipal. Alors que le budget de la commune pour 2018 était proposé une nouvelle fois au vote ce matin, les élus des listes FLNKS et Ensemble pour Sarraméa ont démissionné.
Les électeurs de Sarraméa vont sans doute devoir retourner aux urnes. C’est ce qui se profile après la séance de conseil municipal qui a eu lieu ce vendredi matin. Non seulement elle a été marquée par le rejet du budget 2018, que présentait une nouvelle fois le maire Alexandre Nemebreux, faute d’accord au sein de la majorité municipale. Mais plus d’un tiers de l’assemblée communale serait désormais démissionnaire. Ce qui entraîne de fait la chute de l’exécutif. Démissionnaires, les élus de la liste Ensemble pour Sarraméa menée par Jean-Charles Moglia le premier adjoint. Egalement démissionnaires, les conseillers de la liste FLNKS dirigés par l’ancien maire Prisca Holéro.

«On parle du budget, mais ce n’est pas le budget, c’est simplement un problème de personnes.»


Nemebreux «déçu»

«Je suis déçu de la décision qui a été prise, par rapport au programme d’investissement qu’on avait mis en place. Aujourd’hui, ils ont bloqué le budget. C’est un choix politique. Il faut faire avec, maintenant, déplore Alexandre Nemebreux. On parle du budget, mais ce n’est pas le budget, c’est simplement un problème de personnes.» Et de détailler le contenu du budget qui était soumis au vote une nouvelle fois aujourd’hui. Un budget qui va dans le sens de «l’intérêt général de la commune», répète le maire sortant, élu sous étiquette Entente communale et proche de Calédonie ensemble. Notamment «le lotissement communal qui revient à peu près à 100 millions, la réfection des routes communales estimée à 25 millions et le captage de Grand Couli».

«​Ils n’entendent pas»

La liste FLNKS explique pour sa part qu’elle ne se reconnaissait pas dans cette proposition de budget pour 2018, d’où la démission de ses cinq élus restants. Pour Prisca Holéro, la majorité créée en 2014 afin de diriger la petite commune a volé en éclats. «Ça fait un moment qu’on discute avec eux. On leur a demandé de tenir compte de nos propositions par rapport aux populations locales. Ils n’entendent pas», estime-t-elle. «L’année dernière, on a vu l’inscription de 52 millions pour l’acquisition d’un foncier en vue de la construction d’un futur lotissement. Cette année, on fait le même constat, continue l'ex-maire. On prévoit des fonds en investissement pour l’ouverture de pistes, pour des terrassements, pour des clôtures… Ça ne nous convient pas, sachant qu’on a encore des population isolées suite à des intempéries parce que les ouvrages d’art sont sous l’eau… C’est un peu le discours qu’on a tenu ce matin.»

A suivre

Quant à Jean-Charles Moglia, tête de liste d’Ensemble pour Sarraméa, il était injoignable cet après-midi. Une situation à suivre de près, qui en rappelle d'autres. Le mercredi 21 mars, le vote du budget pour la commune de Bourail se terminait par la démisison d'une partie de l'assemblée… et le chute du conseil municipal. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live