La restauration à emporter a le vent en poupe en Calédonie

consommation
Quand la restauration à emporter a le vent en poupe
©Claude Lindor/NC la 1ère

Dans son enquête sur le budget des familles, l’Isee indique que l’alimentation hors domicile est plébiscitée par les Calédoniens : 24% du budget à la consommation y est consacré.

La vente à emporter est bien dans son assiette. Chez Hiro Sushi, une enseigne de restauration rapide, cette option séduit les clients. "Pratique, rapide et frais. Et le prix en général est tout à fait honnête", confie Vivien Hequet un client. Après le succès de leurs premiers établissements à Nouméa et à Dumbéa, les patrons ont récemment ouvert une troisième enseigne dans un centre commercial de la capitale.

Quand on vend "à emporter" comme ça, on privilégie la rapidité pour que tout le monde puisse sortir du travail, prendre une barquette et soit s'asseoir ici ou soit repartir avec leurs commandes.

Syvie N'Guyen, co-gérante de Hiro Sushi

 

La vente de barquettes et de plats préparés à emporter ont doublé en dix ans, selon une récente étude de l'Isee, ce qui représente 4,3% du budget alimentaire des Calédoniens.

A la recherche d'une alimentation plus saine

Et ce sont surtout les enseignes basées sur une cuisine plus saine, à base de produits locaux, issus de l'agriculture responsable et bio qui retiennent l'attention de nos consommateurs. "Je cherche quelque chose de sain, des produits frais et des aliments qui sortent un petit peu de l'ordinaire parce que c'est vrai que c'est pas partout qu'on trouve des menus comme ça", explique Victoria Sanchez, une cliente.

J'ai voulu développer ça pour changer les habitudes alimentaires des clients. Leur montrer qu'on peut manger sainement avec des choses copieuses tout en se faisant plaisir et surtout en faisant du bien à son corps. 

Laura Bouaita, gérante de Néa Bowls

 

Même succès pour les services de gamelle

Les services de gamelle sont aussi appréciés des Calédoniens. Les ménages Calédoniens consacrent un quart de leur budget à la consommation alimentaire. Chaque jour, ce sont ainsi 11 000 barquettes qui se vendent en Nouvelle-Calédonie. Dans cette entreprise implantée à Dumbéa, une large gamme de menus est proposée quotidiennement.

Ça répond à une demande, à un besoin des Calédoniens. Nous préparons des repas qui vont des plus diététiques aux plus terroirs, et c'est ce qui incite à proposer d'une manière quotidienne une dizaine de menus par jour.

Patrick Gasser, gérant de La Casserolette


Dans son établissement, environ 2 000 repas sont mis en barquette et livrés chaque jour pour des particuliers et des collectivités. "Depuis quelque temps, on voit une augmentation des commandes, notamment depuis le premier confinement en 2020. Et je pense que ça a été l'occasion pour les Calédoniens, de redécouvrir l'intérêt de ce genre de service", ajoute-t-il.

Le reportage de Sheïma Riahi et de Claude Lindor :