Queensland Nickel: la chasse aux dettes est ouverte

monde
Raffinerie de Yabulu
©AAP
Vendredi matin les créanciers de Queensland Nickel ont voté à l'unanimité pour la liquidation de l'entreprise. En l'absence de Clive Palmer.

La raffinerie de nickel de Queensland Nickel à Yabulu, près de Townsville, pourrait ne jamais rouvrir ses portes.
Clive Palmer était absent lors de cette assemblée générale, alors qu'il est l'un des créanciers de Queensland Nickel.
Le magnat minier est un cas particulier : il est à la fois propriétaire, créancier et débiteur de la raffinerie.

Il lui est arrivé de renflouer Queensland Nickel sur ses fonds personnels, mais il est aussi accusé de s'être servi dans les caisses de la compagnie pour financer
ses autres entreprises : un complexe touristique, sa collection de voitures anciennes, ou encore, son parti politique.
Il aurait aussi puisé 15 millions de dollars australiens pour son usage personnel.


Clive Palmer
©ABC radio


Pour les autres créanciers de Queensland Nickel, l'assemblée générale de vendredi matin a marqué une étape douce et amère. Grâce à la liquidation, ils pourront enfin poursuivre en justice l'entreprise pour qu'elle paie ses 300 millions de dollars de dettes. Mais le processus pourrait prendre des années.
Lors de l'assemblée générale, les créanciers ont choisi l'ancien administrateur judiciaire, FTI Consulting, comme liquidateur.
Il sera chargé de recouvrir l'argent des créanciers , parmi eux :
  • des mineurs de nickel,
  • une société de transport ferroviaire,
  • et les 792 ex-employés de la raffinerie, licenciés en deux vagues, l'une en janvier, l'autre en mars.

L'état fédéral sur les rangs: deux liquidateurs au lieu d'un seul

En parallèle, le gouvernement fédéral compte aider les anciens salariés.
Il leur versera 68 des 74 millions d'indemnités de licenciement qui leur sont dues

Mais la ministre de l'Emploi, Michaela Cash, a juré de récupérer cette somme.
Elle saisira les juges compétents afin de nommer un liquidateur judiciaire spécial, chargé de recouvrir l'argent des contribuables australiens.
Mais les créanciers n'en veulent pas, parce que ce sont eux qui devront vraisemblablement payer les services du liquidateur. « Nous ne savons toujours pas qui va payer ce deuxième liquidateur - le gouvernement fédéral ou les actifs, le patrimoine de Queensland Nickel? », se demande l'administrateur judiciaire John Park.

La dépollution de la raffinerie est toujours en suspens

A l'occaion de cette réunion des créanciers, le projet de reprise de Queensland Nickel par des anciens salariés et un certain nombre d'autres investisseurs, a été définitivement enterré.
Motif: le gouvernement du Queensland veut faire passer des lois environnementales très strictes.
Il pourrait forcer les industriels à payer la facture de la réhabilitation de leurs sites pollués, si nécessaire en les attaquant en justice.
Or il y a des millions de tonnes de boues toxiques dans les bassins de résidus de la raffinerie de Queensland Nickel.
Le coût de la dépollution est évalué à 93 millions de dollars australiens.