Queensland Nickel Sales : les salariés doivent-ils racheter la raffinerie ?

nickel
La raffinerie de nickel de Yabulu - Australie
©ABC
La raffinerie de Yabulu, dans le Queensland, en Australie est toujours fermée. Son avenir reste incertain. Une société financière se propose de racheter le site, mais le principal syndicat des travailleurs estime que ce n'est pas une bonne idée.
Cette proposition accentue les divisions à Townsville, petite ville du nord du Queensland, où beaucoup d'habitants dépendent de la raffinerie de nickel de Yabulu.

Sister City Partners, une société financière à but non lucratif, estime que les anciens salariés et les créanciers de l'entreprise de Clive Palmer devraient racheter la raffinerie.
Ils n'auraient pas à verser d'argent, mais ils se verraient offrir des parts, en fonction des indemnités de licenciement que l'entreprise leur doit, explique Warwick Powell, le directeur de Sister City Partners :
" On va créer une entreprise dans laquelle toutes les parties concernées, tous les gens qui ont intérêt à ce que la raffinerie soit viable, fassent partie intégrante de la structure de cette raffinerie. "

 

Qui investira alors ?

Si les employés ne versent pas d'argent ? Warwick Powell ne le précise pas. Il affirme que Clive Palmer est prêt à les aider dans leurs démarches, mais le millionnaire australien a déjà émis des doutes sur ce projet : " il faut injecter 600 à 700 millions de dollars par an, sans compter le prix d'achat du site de Yabulu", a-t-il précisé.
 
Il n'est pas le seul à ne pas être convaincu par l'idée : le syndicat des travailleurs australiens, qui représente les 800 anciens employés de Yabulu, voudrait avoir plus d'informations. Ben Swan est le secrétaire général local du syndicat :

" Je mets en garde chaque créancier et chaque ancien salarié de Queensland Nickel. Ils doivent tous se faire conseiller financièrement et juridiquement sur la pertinence de cette offre. Ils devront prendre leur propre décision, si jamais çà se réalise. Le syndicat peut les conseiller, mais c'est à eux de décider. Personnellement, çà me gêne un peu. "
 
Les créanciers de Queensland Nickel se réuniront le mois prochain. Ils devraient alors annoncer leur décision.